En voyage en Algérie, Emmanuel Macron a lancé un discours fort en assurant que la colonisation est « un crime contre l’Humanité » et « une vraie barbarie. »

C’est une petite phrase, mais une véritable rupture avec les autres dirigeants politiques. En voyage en Algérie, Emmanuel Macron a été interviewé par la chaîne Echorouk News. Interrogé sur la colonisation, l’ancien ministre de l’Economie a déclaré qu’il s’agissait d’un « crime contre l’Humanité. » Pour Emmanuel Macron, « des choses atroces, de la barbarie et des crimes contre l’Humanité ont été commis » en Algérie. Il s’agit maintenant, dit-il, de « réconcilier les mémoires. » Interrogé sur ses propos dans Le Point, dans lequel il affirmait que la colonisation inclut « des éléments de civilisation et des éléments de barbarie », Emmanuel Macron a tenu à préciser qu’ils avaient été sortis de leur contexte. « La colonisation fait partie de l’Histoire française, c’est un crime contre l’Humanité, c’est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes », a-t-il dit. Mais tout de suite après ce qui aurait pu être une phrase historique, l’ancien ministre nuance en expliquant qu’il « ne faut pas tomber dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien. » Toutefois, ces quelques mots tranchent avec les discours politiques habituels. François Fillon avait par exemple estimé que la colonisation est « un partage de culture », quand François Hollande avait timidement reconnu, en 2012, les « souffrances » infligées à l’Algérie par la colonisation.

Laisser un commentaire