La gouvernement a rejeté la labélisation de la viande traitée par électronarcose en Grande Bretagne proposée par l’Union Européenne.

La Grande Bretagne a rejeté la labélisation de la viande traitée par électronarcose proposée par l’Union Européenne, avec l’argument selon lequel cette mesure pourrait discriminer les populations juives et musulmanes.

L’électronarcose en Grande Bretagne : une labélisation Européenne ?

L’électronarcose, procédé qui consiste en l’étourdissement d’un animal par le passage d’un courant électrique dans le cerveau, fait de plus en plus parler d’elle, aussi bien dans le cadre de débat sur le halal que par les défenseurs des droits des animaux. Le gouvernement s’est opposé aux mesures de l’Union européenne qui proposaient une labélisation de la viande qui a été traitée par électronarcose en Grande Bretagne. Cette labélisation a été approuvée par l’Union Européenne en juin 2010.

Electronarcose et méthode d’abattage : les groupes religieux montent au créneau

Afin d’éviter de s’attirer les foudres de la communauté musulmane et juive, le gouvernement britannique a jugé discriminatoire cette labélisation, et a proposé de réviser cette loi. Des groupes religieux comme le Conseil Musulman de Grande Bretagne et Shechita UK espèrent quant à eux qu’une révision de cette labélisation ne s’arrêtera pas simplement à une mention de l’électronarcose ou non.

Le groupe religieux juif Shechita UK a par ailleurs indiqué que l’incision pratiquée sans électronarcose rendait immédiatement l’animal inconscient. Car là est le cœur du débat : Il s’agit bien de savoir si l’animal souffre ou non lors de sa mise à mort. Les groupes religieux juifs et musulmans s’accordent en effet pour préciser que leur méthode d’abattage reste humaine et que l’animal ne meurt pas dans d’atroces souffrances.

Yassine Bannani

Laisser un commentaire