LeMuslimPost : Pouvez-vous présenter la CHF ?

El Houssine Marfouq : La Coordination des organisateurs agréés Hajj de France (CHF) est la seule organisation professionnelle regroupant les agences de voyages agréées, par le ministère du Hadj en Arabie Saoudite, pour l’organisation du voyage et du séjour des pèlerins en Arabie Saoudite.

Aujourd’hui, elle compte environ 50 membres sur un total de 65 agences agréées. Elle représente donc plus de 75% des agences agréées en France.

La CHF est donc l’organe représentatif des agences agrégées du Hajj. Est-elle reconnue par les pouvoirs publics français ?

Depuis sa création, le 13 juin 2013, nous collaborons avec les pouvoirs publics français ainsi que les autorités saoudiennes, dans le cadre d’un partenariat en vue de faciliter le voyage des pèlerins français.

Nous sommes reconnus et avons le soutien des pouvoirs publics français. C’est ainsi que la CHF s’est vue conviée à célébrer l’adoption de sa charte de qualité au quai d’Orsay même, dans les locaux du Ministère des affaires étrangères et y donner sa première conférence de presse, le 24 juin 2014.

La CHF a été créée en 2013 et pourtant cette organisation est inconnue des pèlerins, comment l’expliquez-vous ?

Tout simplement. L’idée au départ était de mettre en place une véritable organisation professionnelle en réunissant les principaux acteurs du Hajj, en vue de faire de cette organisation, le porte-parole officielle de notre secteur et de nos métiers. Et nous avons relevé ce grand défi !

Durant plusieurs années, nous avons travaillé à mettre en place une cohésion, des outils pour perfectionner nos métiers ainsi qu’une stratégie claire. Ce n’est qu’une fois ces chantiers terminés qu’il nous est apparu judicieux de débuter, en 2019, l’axe de communication externe à destination du grand public.

En 2019, beaucoup de fidèles se sont vus refuser le Hajj pour défaut de visa, comment l’expliquez-vous ?

Voilà toute la raison d’être de la CHF : réunir les agences agréées au Hajj avec qui les fidèles doivent contracter.

Si les pèlerins ont été lésés lors du Hajj précédent, c’est parce qu’ils se sont hélas inscrits auprès d’agences non agréées ou auprès de personnes (rabatteurs) qui commercialisaient des forfaits Hajj alors qu’ils n’ont ni agence ni agrément.

Maintenant, les pèlerins doivent batailler pour récupérer leur argent. Qu’ils sachent que ce n’est pas peine perdue car toutes les agences (agréées ou non) ont des assurances et des garanties financières déposées auprès de structures qui les cautionnent, comme l’APST (association professionnelle de solidarité du tourisme).

Les pèlerins lésés doivent s’adresser à elles…mais ils doivent aussi s’adresser aux agences elles-mêmes car il est impossible pour les agences non agréés qu’elles n’aient plus à leur disposition, une grande partie des fonds récoltés.

En effet, tant que le dossier de l’agence pour l’obtention des visas n’a pas été validé et accepté par le Ministère du Hajj, les fonds récoltés (sauf un petit acompte) n’ont pu être reversés aux prestataires locaux en Arabie Saoudite, car toutes les opérations financières passent obligatoirement par un portail électronique contrôlé par le Ministère du Hajj.

Alors une question subsiste : Qu’ont-elles fait de l’argent qui n’a jamais été reversée en Arabie Saoudite étant donné que faute d’agrément, elles n’ont pas pu avoir accès au portail de paiement électronique ? C’est un véritable scandale !

Comment repérer les agences fictives ?

Il n’y a pas d’agences fictives. Soit vous avez l’agrément Hajj, soit vous ne l’avez pas ! C’est au pèlerin de vérifier que l’agence existe administrativement (KBIS, immatriculation, garanties…) et qu’elle dispose bien d’un agrément Hajj (l’agrément Omra ne suffit pas).

Le site internet de la CHF (lechf.org) contient la liste des agences agréées adhérentes à notre organisation. C’est déjà une première piste pour vérifier si l’agence détient l’agrément ou non.

Comment expliquez-vous que beaucoup de pèlerins reviennent insatisfaits voire déçus de leur Hajj ?

Il est vrai qu’il existe encore des agences qui annoncent malheureusement des
prestations, qui au final, s’avèrent différentes sur le terrain. Il est vrai que certaines agences ne mettent pas assez de guides pour l’encadrement, encore moins de guides religieux, voire aucune assistance médicale.

Ceci dit, il faut savoir que les normes locales (hôtels etc…) sont différentes des normes et standards européens. Il faut savoir aussi que les couacs sur le terrain ne sont pas toujours de la responsabilité de l’agence.

En effet, pour tout ce qui concerne la qualité et les retards des bus, les longues attentes aux aéroports saoudiens, et surtout l’organisation des Tentes à MINA, tout cela dépend entièrement des autorités saoudiennes (le fameux MOUTAWIF) et l’agence n’a pas son mot à dire.

Enfin, pour éviter tous les désagréments imputables à l’agence, nous invitons le pèlerin à prendre le soin de vérifier, avant son départ, tous les éléments du voyage : les points confirmés, les points en-cours de confirmation, et les prestations similaires (avion : avec ou sans escale, hôtels : similaire dans la distance et la qualité).

Le pèlerin doit aussi savoir qu’il s’agit d’un voyage et d’un séjour éprouvant et qu’il doit être en bonne forme ; un pèlerin malade aura forcément un mauvais souvenir s’il n’est pas accompagné par au moins un membre de sa famille.

Au sein de la CHF, nous déployons beaucoup d’efforts auprès des agences agréées pour améliorer les conditions de voyage et de séjour des pèlerins afin de rendre ce voyage à la  hauteur des attentes de notre communauté.

Nous avons mis en place une charte de qualité à laquelle toutes nos agences ont adhéré, nous organisons des séminaires et des rencontres entre agences agréées.

Quels conseils donnez-vous à ceux qui souhaitent faire le Hajj en 2020 ?

Il en va de soi, il faut s’adresser à une agence agréé ! Comme tout acte d’achat, il faut bien lire les conditions du contrat et la facture : vérifiez ce qui est inclus et non inclus, ce qui est confirmé et ce qui ne l’est pas, la composition du service d’accompagnement de l’agence.

Enfin, exigez de l’agence qu’elle respecte les clauses de la charte de qualité que
nous avons mise en place.

Si l’on souhaite partir au Hajj, jusqu’à quelle date peut-on s’inscrire auprès d’une agence agréé ?

Ça dépend de l’agence et du quota de places disponibles dans chaque formule proposée. L’idéal serait de s’inscrire le plus tôt possible et au plus tard avant le début de ramadan afin que les agences puissent organiser sereinement les formalités administratives (préparation du visa électronique, communiquer la liste des passagers aux compagnies aériennes et aux hôtels etc…).

Voici la vidéo de la CHF, destinée aux futurs pèlerins et à leurs proches :