Yasser Louati, après deux jours à Nice suite au drame du 14 juillet, revient avec un documentaire : « Nice : la douleur et la honte. »

Après un voyage de deux jours à Nice, Yasser Louati est revenu avec un film qui montre l’ambiance islamophobe qui y règne depuis le drame du 14 juillet.

Yasser Louati, militant des droits de l’Homme et des libertés publiques, a passé deux jours à Nice suite à l’attaque d’un forcené sur la promenade des Anglais, le 14 juillet dernier. Après ce drame, un « tsunami de haine » a touché plusieurs de ses amis. « Suite au traitement médiatique biaisé de l’attaque de Nice, la récupération politique et surtout l’absence d’expression des citoyens de confession musulmane, j’ai décidé de me rendre à Nice pour les rencontrer et leur donner la parole, obtenir leurs témoignages et faire connaitre leurs inquiétudes », explique l’ancien porte-parole du CCIF, toujours autant engagé contre l’islamophobie.

« Face à la haine tout en pleurant la mort »

Yasser Louati est marqué par les événements post-drame. « Ce qui m’a déterminé à y aller, c’étaient les vidéos virales des proches de victimes qui ont été prises à partie, le racisme latent à Nice », nous affirme-t-il. Il ressort de ce voyage sur la Côte d’Azur un très beau documentaire de huit minutes. Dans ce film, intitulé « Nice : le deuil et la disgrâce », Yasser Louati rappelle que « trente musulmans ont été tués pendant l’attaque » et que « beaucoup sont encore à l’hôpital » dans un état critique. Ce film réunit des témoignages poignants, édifiants et forts de musulmans. Certains, venus rendre hommage aux victimes de l’attaque, racontent l’ambiance délétère à Nice, résumée en une phrase : « Face à la haine tout en pleurant la mort. » Un film émouvant, à voir par ici :

Nice: grief and disgrace from Joseph Paris on Vimeo.

Frédéric Geldhof

Laisser un commentaire