Discrimination : le professeur Kamel Meziti (Nantes) a été victime d'islamophobie suite à la publication du Dictionnaire de l'islamophobie

Suite à la publication de son ouvrage « Dictionnaire de l’islamophobie », Kamel Meziti, un enseignant à l’Académie de Nantes, a été victime de discrimination pour ses propos pro-musulmans. Privé de la titularisation, cet enseignant a dû payer le prix de son engagement et de ses convictions. Cette infraction des principes républicains et des libertés fondamentales a suscité la colère de plusieurs personnalités. Ces dernières ont décidé de se mobiliser pour soutenir Kamel Meziti et l’aider à décrocher son certificat d’aptitude au professorat du second degré.

Qui est Kamel Meziti?

Historien et spécialiste de l’islam, Kamel Meziti a suivi ses études supérieures à l’Université de Paris IV Sorbonne. Fortement impliqué dans le dialogue interreligieux, il a occupé plusieurs postes tels que le Directeur du Culte Musulman de la Marine Nationale et le Secrétaire Générale du GRIC (Groupe de Recherches Islamo-Chrétien). Ce chercheur s’est intéressé dans ses travaux à l’interculturalité, l’islamophobie et la place de l’islam dans nos sociétés contemporaines.

Islamophobie et discrimination religieuse

Le 16 octobre 2013, cet enseignant a eu un entretien avec une inspectrice de l’Académie de Nantes pour un entretien. Cette visite a porté essentiellement sur ses convictions et ses intérêts qui relèvent de sa vie privée. L’inspectrice a avoué avoir fait des recherches sur les motivations et les implications de Kamel Meziti. L’entretien est supposé être professionnel et porter sur la carrière de l’enseignant mais il a dérivé vers des détails qui relèvent de sa sphère intime. Une telle pratique constitue une infraction au principe de laïcité. Par ailleurs, signalons que Kamel Meziti a subi des inspections successives qui ont fini par le priver de son droit au certificat d’aptitude au professorat du second degré par le recteur. L’ infraction à l’article L.1131-1 du code du travail est très claire dans ce cas. Ce texte de loi interdit toute mesure de discrimination directe ou indirecte à l’encontre d’un salarié.

Mobilisation contre l’islamophobie

Cette violation manifeste de la loi n’est pas passée inaperçue. Une forte mobilisation a secoué le web à travers la signature d’une pétition par plusieurs personnalités à l’instar de Samy Debah (président du Collectif contre l’islamophobie en France), Abdallah Zekri (président de l’Observatoire National Contre l’islamophobie) et Kamel Kabtane (président de la mosquée de Lyon). Tous ont exprimé leur indignation. L’affaire Meziti n’est pas un cas isolé. Rappelons-nous les propos d’Onfray le philosophe de l’islamophobie et ceux du maire FN Fabien Engelmann.

Salma Ben Taïeb

Laisser un commentaire