Sept ans après sa conversion à l'Islam, Mélanie Georgiades, alias Diam's, revient sur son cheminement vers la religion.

L’ancien star du rap connue sous le nom de Diam’s, Mélanie Georgiades, a publié deux extraits de son autobiographie sur les réseaux sociaux. En cette période où l’Islam est bafoué, elle revient sur sa conversion.

Ses sorties médiatiques se font au compte-goutte. Mélanie Georgiades – plus connue sous son nom de chanteuse, Diam’s – s’était confiée en mai dernier aux journalistes de l’émission de TF1, « Sept à huit », provoquant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. L’ancienne rappeuse était apparue voilée et parlait sans concession de sa vie, qui l’avait amenée du sommet des charts à une longue période de questionnement. Elle y avait évoqué de nombreux sujets, du show-business jusqu’à sa conversion à l’Islam.

Il faut dire que Mélanie Georgiades venait alors de sortir son autobiographie, « Mélanie, française et musulmane », quelques semaines auparavant. Pour les fêtes de fin d’année, huit mois après la sortie de son livre, la jeune femme revient sur sa conversion, en publiant sur son compte Twitter quelques extraits de son ouvrage. Plutôt habituée à publier des poèmes, Mélanie Georgiades a décidé de parler d’elle pour réaffirmer qu’elle ne regrette pas de s’être convertie à l’Islam.

Diam's dans Sept à huit

« On nous fait croire que le bonheur est ailleurs »

L’ancienne Diam’s explique notamment le cheminement de sa réflexion. « Dans cette société du mirage, du divertissement, on s’amuse, on joue, on ne pense à rien, mais dans le fond cette vie n’est-elle pas creuse ? », demande-t-elle. A l’époque, la rappeuse réfléchissait au sens de la vie. Avec une question qui l’a poussée à se tourner vers la spiritualité : « Comment accepter que nous, êtres si complets, si complexes, soyons en fait voués à devenir poussière, étoiles, fantômes, esprits ou que sais-je encore ? »

Convertie à l’Islam depuis 2008, Mélanie Georgiades assure que la société l’a amenée à vouloir atteindre des sommets, sans savoir pourquoi. « On nous fait croire que le bonheur est forcément ailleurs, toujours plus haut, toujours plus bling, toujours plus loin, écrit-elle. Mais quand tu suis le parcours tracé sur la carte, et que tu arrives au bout de la course, là tu t’interroges : « Eh, au fait, qui a dessiné ce plan ? Qui dessine nos rêves ? » »

« L’appel au secours de mon âme »

C’est donc à ce moment-là que la chanteuse a entamé son chemin vers la conversion. « Je n’entendais pas l’appel au secours de mon âme qui, écrasée, réclamait de l’aide, sonnait l’alarme », rappelle-t-elle sur son compte Twitter. Alors que Mawlid et Noël viennent d’être célébrés à la même date, l’ancienne rappeuse délivre un message fort contre la société de surconsommation et contre le monde superficiel du show-business. Et montre que, sept ans après sa conversion, elle ne regrette pas son passé de star.

En novembre dernier, suite aux attentats de Paris, Diam’s s’était exprimée et avait dénoncé les actes terroristes. Sur Facebook, elle avait écrit : « L’horreur… L’horreur… Pensées pour toutes les familles des victimes… Musulmane, je me désavoue de toutes mes forces de ces actes criminels, œuvres des alliés de Satan. » Elle avait renchéri sur Twitter, parlant d’actes « barbares » perpétrés par l’Etat islamique.

Diam’s : Après Noël, l’ex-rappeuse évoque la mort… (ici)

Salma Ben Taïeb

Laisser un commentaire