Après avoir raté leurs tirs au but hier soir, trois joueurs anglais ont été victimes de propos racistes sur les réseaux sociaux.

Tout un symbole. A peine 120 minutes après avoir posé le genou à terre pour soutenir le mouvement Black Lives Matter et dire non au racisme, plusieurs joueurs noirs de la sélection anglaise de football ont été insultés et ont reçu des messages racistes.

Ce dimanche soir avait lieu la finale de l’Euro de football. L’Angleterre recevait, à Wembley, l’Italie. Tout avait mal commencé avec l’hymne italien sifflé par les supporters. Puis, au moment de mettre le genou à terre comme ils le font depuis le début de la compétition, les joueurs présents sur la pelouse se sont attirés les foudres des fans et de la presse.

Trois heures plus tard, l’Italie soulevait le trophée après un match correct et un joli spectacle. Mais les Anglais sont passés à côté de leur fin de rencontre. Alors qu’ils menaient 1 à 0 dès les premières minutes du match, ils ont vu les Italiens égaliser et remporter, après les prolongations, la séance de tirs au but.

La Squadra Azzura a profité des échecs de Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka. Trois joueurs noirs qui, depuis, subissent le racisme d’internautes qui ont envahi leurs réseaux sociaux. De quoi faire réagit le Premier ministre, Boris Johnson, qui s’est ému de cette situation. « Cette équipe d’Angleterre mérite d’être traitée en héros, et non (en victime) d’insultes racistes sur les réseaux sociaux. Les responsables de ces abus effroyables devraient avoir honte d’eux-mêmes ».

La FA en appelle au gouvernement

Du côté de la Fédération anglaise de football (FA), le soutien est total malgré la défaite. « Nous soutenons nos joueurs. Nous sommes dégoûtés de voir que des membres de notre équipe, qui ont tout donné cet été, ont été soumis à des agressions discriminatoires en ligne après le match de ce soir », déplore l’organisation qui dit « de la façon la plus claire qui soit que quiconque est derrière des comportements aussi répugnants n’est pas bienvenu parmi les supporters de cette équipe ».

Les trois joueurs qui ont raté leur pénalty sont donc harcelés sur les réseaux et la police de Londres a promis d’enquêter sur ces publications « insultantes et racistes ».

Comme partout ailleurs en Europe, les fédérations tentent de combattre le racisme. Mais, par manque de moyens pour certaines, par manque d’envie pour d’autres, le racisme sévit toujours dans les stades et sur internet. En mai dernier, la Fédération anglaise a demandé au gouvernement britannique d’écrire une loi pour interdire les propos racistes sur les réseaux sociaux.

Marcus Rashford avait déjà été victime de racisme auparavant. Plusieurs joueurs, des clubs de football mais aussi d’autres sports avaient alors fait la grève des réseaux sociaux, pendant plusieurs jours.

Par ailleurs, lors de cette même finale, c’est un supporter d’origine asiatique qui a été frappé par des hommes dans le stade.