Confiné en Allemagne, le roi de Thaïlande, Rama X, n’est pas seul pour se protéger de la contamination du coronavirus. Le souverain est accompagné de son harem de 20 femmes et de servantes. Pour assurer le bien-être du monarque, le Grand Hotel Sonnenbichl a reçu une “autorisation spéciale” d’ouverture malgré les mesures de confinement prises dans le pays.

Cette faveur faite à l’homme de 67 ans et à son entourage a été justifiée par un porte-parole local: “les invités constituent un groupe unique et homogène de personnes sans aucune fluctuation”. Une justification étonnante, car 119 membres de son entourage ont été renvoyés en Thaïlande, car ils étaient suspectés d’avoir contracté le virus.

Pour le moment, on ne sait pas si le roi a emmené avec lui ses 4 femmes.

Vivant dans cet hôtel de luxe de la station alpine de Garmisch-Parten­kir­chen alors que 1388 cas de contamination ont été enregistrés dans son pays, le roi semble bien éloigné des difficultés que rencontre la Thaïlande. Une émeute y a éclaté hier dans une prison abritant 2000 détenus, provoquée par la rumeur d’une épidémie de Covid-19 dans l’établissement.

L’absence du roi rend la population thaïlandaise très en colère. Certains n’hésitent pas à frôler le crime de lèse-majesté, puni de 15 ans de prison, en l’attaquant sur les réseaux sociaux. Ainsi, le hashtag “Pourquoi avons-nous besoin d’un roi” est apparu 1,2 million de fois sur Twitter après qu’un activiste a déclaré que le roi voyageait en Allemagne alors que le virus continuait à se propager dans le pays.

À la tête du pays depuis 2016, Rama X n’est pas aussi apprécié que son père qui a régné 70 ans sur la Thaïlande. Le roi n’a pas fait d’apparition publique dans le pays depuis février comme l’écrit The Times. Techniquement, la Thaïlande est gouvernée par le général Prayut Chan-O-Cha, qui a pris le pouvoir grâce à un coup d’État militaire en 2014 et l’a conservé à la suite d’élections législatives controversées en 2019.