La Cour suprême israélienne a donné son aval mardi à l’expulsion d’Omar Shakir, citoyen américain et directeur de l’ONG Human Rights Watch (HRW) pour Israël et les Territoires palestiniens, accusé de soutenir le boycott de l’Etat hébreu.

La décision d’expulser ou non M. Shakir appartient désormais au gouvernement israélien qui a mis fin en 2018 à son permis de séjour, sur la foi d’informations selon lesquelles il soutiendrait une campagne prônant le boycott d’Israël.

Le directeur et citoyen américain de l’ONG se battait depuis plusieurs mois contre un ordre d’expulsion israélien, accusé de soutenir le boycott d’Israël, malgré ses démentis.

Le Parlement a adopté en 2017 une loi interdisant l’entrée sur le territoire à tout non Israélien ou non résident permanent qui aurait appelé au boycott d’Israël.

Le bureau de l’ONG, se trouve en Cisjordanie –un territoire qu’Israël occupe depuis la guerre de 1967– dans une partie théoriquement sous contrôle palestinien. Mais l’armée israélienne effectue régulièrement des raids dans de telles zones.