Dans un communiqué, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, résume l’échange avec Emmanuel Macron. « Dans la perspective d’un éventuel manque d’espaces de sépultures musulmans dans les cimetières municipaux, le CFCM a demandé au Président de la République, M. Emmanuel Macron, la création de nouveaux espaces dédiés aux victimes du COVID-19 », écrit ainsi le CFCM qui affirme que cette démarche « a été unanimement soutenue par les autres représentants des cultes ». La réponse d’Emmanuel Macron a été d’indiquer que « tout sera mis en œuvre pour permettre aux défunts de toute confession et de toute condition d’être inhumés dans le respect de leurs rites respectifs ».

Si « les seules limites, celles qui visent à protéger les vivants et à limiter les effets de cette épidémie, sont déjà mises en œuvre avec le concours des différentes communautés religieuses », le président de la République a été interrogé par le Conseil français du culte musulmans sur les rumeurs de mise en place d’une « prétendue pratique généralisée de crémation » dans les jours à venir. « Le président de la République a tenu à rassurer les familles qu’une telle éventualité est complètement écartée », assure le CFCM.

Concernant les inhumations pour les musulmans, le CFCM a appelé les fidèles « dont le conjoint ou la personne qui serait amenée à prendre en charge son inhumation ne partage pas les mêmes convictions en matière de rite, à faire part par écrit de sa volonté d’être inhumé selon le rite musulman et si possible devant deux témoins » pour « éviter à ses proches des situations difficiles au moment où ils feront face à la douleur de l’inhumation et du deuil ». Emmanuel Macron a par ailleurs rappelé l’interdiction des rassemblements physiques dans les semaines à venir. Ce qui concerne forcément les événements religieux.

Concernant le confinement, le CFCM appelle enfin à « la solidarité à l’égard des plus vulnérables parmi nos concitoyens » et le soutien aux « réseaux associatifs ». L’instance affirme qu’une « idée de plateformes téléphoniques d’écoutes psychologiques et spirituelles a été émise » et « appelle instamment les musulmans de France à prendre toute leur part à cet effort national pour limiter les effets de cette épidémie, et à participer à la réflexion collective sur les moyens d’assurer la continuité des activités essentielles à notre société »