« On sait guérir la maladie ! » Selon Les Echos, l’infectiologue et directeur de l’IHU Méditerranée Infection Didier Raoult, qui avait en son temps dénoncé les « alicaments » — les yaourts comme Actimel et Activia, qui affichaient des bienfaits médicaux —, affirme avoir sans doute trouvé le remède contre le Covid-19. La chloroquine, un antipaludique connu sous le nom commercial de Plaquenil, pourrait en effet être la solution à la crise sanitaire actuelle. D’après le journal économique, après six jours de tests cliniques sur la prise de Plaquenil, les trois-quarts des 24 patients tests du professeur ont vu le virus disparaître de leurs organismes.

Le laboratoire français Sanofi, qui produit le Plaquenil, pourrait donc disposer, sans le savoir, du remède anti-coronavirus. Sanofi s’est dit prêt à offrir aux autorités françaises des millions de doses de l’antipaludique. L’Etat n’est pas contre l’idée : « Le ministère a souhaité étendre ces essais cliniques, qui seront dupliqués sur un plus grand nombre de patients, a indiqué la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye à l’issue du Conseil des ministres. Ces nouveaux essais seront réalisés avec une équipe indépendante du professeur Raoult ».

Début février, une étude chinoise indiquait que l’antipaludique pouvait avoir des effets positifs contre le Covid-19. Un test avait été réalisé sur une centaine de patients. « Peut-être que la chloroquine est efficace sur le Covid-19 mais on sait qu’elle ne l’est pas sur d’autres infections à coronavirus », indique Jean-Daniel Lelièvre, infectiologue à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil, qui appelle à la prudence. En attendant, la chloroquine est la piste la plus sérieuse pour développer un remède au coronavirus.