Comme l’an dernier, où plusieurs actes islamophobes s’étaient déroulés sur le sol français, notamment avec le saccage d’une salle de prière en Corse, la fin d’année inquiète la communauté musulmane française. A Château-Thierry, dans l’Aisne, une salle de prière musulmane a failli partir en fumée. On compte en effet pas mois de cinq départs de feu — tous volontaires —, selon Le Monde. Dans la nuit de vendredi à samedi, les pompiers sont rapidement intervenus, empêchant « des dégâts majeurs », indique au quotidien une source policière, qui assure que plusieurs exemplaires du Coran ont été brûlés. Les livres sacrés auraient servi d’allume-feu aux incendiaires. Une première, selon le député-maire de la ville, dans cette commune de 15 000 habitants. « C’est vraiment un acte criminel grave. Les faits sont troublants. C’est la première fois qu’un acte comme celui-ci se produit à Château-Thierry », explique ainsi Jacques Krabal.

Aucune tension, ni menace

Cette tentative d’incendier la salle de prière est-elle un acte gratuit ou quelqu’un en voulait-il à l’Association culturelle des Marocains qui gère ce lieu de culte ? Pour le moment, impossible de répondre à cette question. « Il n’y a pas eu de menaces, ni de revendications », affirme le procureur général du parquet de Soissons, Baptiste Bladier. Du côté des dirigeants de l’association, on est abasourdi. « Nous sommes indignés, choqués et on ne s’y attendait », déclare son secrétaire, Younes Mellas, qui assure que, avec les habitants de la commune, il n’y avait « pas de tensions, pas de menaces. » Pour éviter que ce genre d’événement n’arrive plus, le secrétaire de l’organisation indique que « le maire a prévu d’installer des caméras de surveillance dans la rue » devant la salle de prière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici