Le congrès de l'UOIF a eu lieu du 3 au 6 avril, au Bourget. Les musulmans dénoncent le terrorisme et appellent au respect.

La 32ème rencontre annuelle organisée par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) a eu lieu du 3 au 6 avril 2015, au parc des expositions du Bourget. L’événement, même si il n’a pas connu l’affluence des années précédentes, a néanmoins permis à travers de nombreuses discussions et analyses d’évoquer les inquiétudes et les attentes des musulmans de France.

Non au terrorisme. Oui au respect.

Suite à ce que l’organisation a considéré comme des amalgames cherchant à nuire à sa représentativité, on rappelle la mise en accusation de  l’Union des organisations islamiques de France par l’UAE, qui la considère comme « terroriste », ou encore les insinuations non voilées de M. Valls sur une dérive « islamiste » la concernant, car considérée comme trop « frériste », on attendait une prise de parole claire de la part de ses dirigeants. La réaction attendue est bien arrivée et a pris la forme d’une condamnation sans détour des violences faites au nom de l’Islam. Amar Lasfar,  président de l’UOIF, a ainsi déclaré lors du congrès tenu sous le thème de « Mohammed, prophète de miséricorde et de paix » : « Nous dénonçons le terrorisme, nous dénonçons la barbarie en tant que citoyens musulmans ». La dénonciation fait l’unanimité tant qu’elle reflète les vrais principes de la citoyenneté et de paix sociétale en Islam, mais n’oublions pas nos responsabilités dans la projection des clichés qui nous entourent, à travers les lectures erronées et l’incompréhension des vraies valeurs du Saint Coran et de la Sunna.

Congrès de l’UOIF : doubler le nombre de mosquées

Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et recteur de la mosquée de Paris n’a pas caché son souhait de doubler le nombre de mosquées. « Nous avons 2.200 mosquées. Il en faut le double d’ici deux ans » a-t-il souligné. Le chiffre exact du nombre des musulmans dans l’Hexagone n’est pas clair à défaut de sondages interdits, quand ils touchent les confessions et origines, mais les estimations les plus crédibles varient entre 4 et 5 millions. Partant de ce chiffre, Dalil Boubakeur a ajouté que « beaucoup de salles de prières, de mosquées sont inachevées, et il y a beaucoup de mosquées qui ne sont pas construites, je pense qu’il faut le double de mosquées ».

Bilan du congrès

Le salon de cette année n’a pas dérogé à la règle, s’inscrivant comme un événement avant tout convivial au détour des allées, marqué par la solidarité compte tenu de l’affluence autour des stands des associations recevant les soutiens financiers à destination de la oumma dans le monde. Mais, au-delà du côté grand messe muslim, de multiples conférences ont été tenues lors du congrès, qui ont donné lieu à de nombreuses déclarations consensuelles des figures médiatiques de la communauté. Nous sommes restés sur notre faim, car l’heure est trop aux constats et pas assez à l’établissement de directions claires. Comme si repenser notre devoir en tant que musulman, définir les vrais problèmes de notre communauté, souvent fragmentée, était secondaire.  En attendant, l’Islam de France gagne d’année en année son identité, même si celle-ci reste encore floue. Laissons donc le temps au temps.

Source (ici)

Laisser un commentaire