Contactez-nous

International

Aux Comores, des candidats de l’opposition arrêtés

Selon un candidat à la présidentielle aux Comores, plusieurs candidats de l’opposition ont été arrêtés suite à un scrutin tendu ce dimanche sur les îles de l’archipel.

Publié

le

Les Comoriens votaient dimanche pour leur nouveau président. Mais très vite, le chef de l’Etat Azali Assoumani, réputé autoritaire et soutenu par l’Arabie saoudite, a tenté de museler le scrutin : des incidents en plusieurs points du pays ont été signalés et les urnes des bureaux de vote des îles d’Anjouan et de Mohéli ont été, selon les militants anti-Azali, bourrées avant même l’ouverture du scrutin. L’opposition a rapidement crié au « hold-up électoral » et, réunis chez l’un des douze candidats qui se présentaient contre le président sortant, l’opposition a appelé à un boycott de l’élection présidentielle.

Encerclés à plusieurs reprises par l’armée, les candidats de l’opposition ont indiqué qu’ils risquaient d’être arrêtés « à tout moment. » Une crainte qui est en train d’être une réalité : joint par téléphone, Salim Saandi, candidat de l’opposition, nous indique que « les autres candidats viennent chacun à leur tour d’être arrêtes. » Une nouvelle fois « encerclé » par les militaires, le candidat du parti Al-Qamar indique que, « dans quelques minutes, (son) arrestation sera effective. »

Un peu plus tôt, selon l’AFP, les forces de l’ordre comoriennes ont empêché les dirigeants de l’opposition et les candidats à la présidentielle de se rendre à l’Assemblée nationale.

Prières

Tweets

Muslimoscope

A la une