Contactez-nous

Société

Comment l’équipe de France a échappé aux quotas discriminatoires

En 2010, le direction technique nationale de la FFF voulait mettre en place des quotas pour limiter le nombre de joueurs d’origine africaine chez les Bleus. L’affaire avait provoqué un tollé.

Publié

le

Cette équipe de France, aujourd’hui championne du monde, « aurait pu être très différente, il ne faut pas avoir la mémoire courte. » Cette sortie est signée Lilian Thuram. Le champion du monde 98 revient, dans L’Humanité, sur un épisode peu glorieux pour la Fédération française de football (FFF). Fin 2010, cette dernière avait « bien failli instaurer des quotas contre les joueurs binationaux », se souvient le buteur de la demi-finale de 1998 qui rappelle que « l’affaire a été éventée grâce à Mohamed Belkacemi, conseiller technique national pour le football des quartiers, qui a enregistré une réunion évoquant ces mesures discriminatoires. Retour sur les faits.

En novembre 2010, la direction technique nationale de la Fédération française de football, dont le sélectionneur Laurent Blanc, mettait en place lors d’une réunion des quotas officieux dans les centres de formation pour limiter le nombre de joueurs français d’origines africaine et nord-africaine. L’idée était de discriminer des enfants de 12 ans en fonction de leurs origines. François Blaquart avait alors été averti par la FFF et mis à pied pendant six jours. Laurent Blanc, qui s’était dit « favorable » à ces quotas, avait dû présenter ses excuses. En 2010, Mbappé avait 12 ans. Il aurait pu être victime de ces quotas qui allaient s’élever à « 30 % » pour les centres de formation.

Comme le rappelle Lilian Thuram, c’est donc grâce à Mohamed Belkacemi que ces quotas n’ont pas été mis en place. « Il a été un lanceur d’alerte et nous devons remercier cette personne d’avoir osé dénoncer l’injustice », estime l’ancien footballeur qui estime que « les gens doivent savoir que le bonheur qu’ils sont en train de vivre, ils le doivent à un homme qui a eu le courage de dire ‘non’. » Car à l’époque, de Blanc à la DTN, tout le monde avait démenti cette histoire de quotas. Mais la direction technique nationale avait bien mis en place un système de statistiques : elle estimait à entre 35 % et 49 % la part de « joueurs sélectionnés FFF susceptibles à tout moment d’opter pour une autre nation sportive. » Parmi eux, certainement, des champions du monde 2018.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope