Ce lundi, le Parlement israélien a adopté une loi qui permet au pays colonisateur de « s’approprier des centaines d’hectares de terres palestiniennes en Cisjordanie occupée », indique France 24. Si la loi pourrait bien ne pas passer l’étape de la Cour suprême, c’est en tout cas un message fort envoyé aux Palestiniens. Car ce texte prévoit que les constructions israéliennes effectuées sans autorisation sur des terrains palestiniens soient déclarées légales. Même s’il prévoit une indemnisation financière, ce texte est accusé de « légaliser le vol », selon les mots de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Mais au sein même du Parlement, cette loi a divisé. Initiée par l’extrême droite israélienne, elle a été approuvée de justesse — 60 voix pour, 52 contre. Le Parti travailliste, par exemple, dénonce le côté « abject » du texte, qui permettrait si la Cour suprême le laisse en l’état, de « d’annexer des millions de Palestiniens. » Même Netanyahu était peu favorable à cette loi, mais poussé par Foyer juif, le parti d’extrême droite, il n’a eu d’autre choix que de laisser faire. Au sein même du Likoud, d’ailleurs, certains dirigeants y sont favorables. Comme Ofir Akounis, ministre des Sciences et de la Technologie, qui estime que « toute la terre d’Israël appartient au peuple juif » et que « ce droit est éternel et incontestable. » Avec les annonces faites récemment par les autorités israéliennes de construire des milliers de logements de colonisation, ce texte qui vient de passer au Parlement n’est que la concrétisation d’une colonisation de plus en plus rapide, alors même que la communauté internationale refuse d’intervenir malgré la violation manifeste de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.