Lors de ce mois de ramadan, le Parti communiste chinois demande à ses membres, aux cadres, aux fonctionnaires, aux étudiants et aux mineurs de ne pas jeûner.

Une nouvelle fois, pour ce ramadan 2016, le gouvernement chinois a lancé une grande répression contre la pratique de la religion musulmane chez les Ouïgours.

Ils sont environ 10 millions d’Ouïgours à vivre sur le sol chinois, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Mais cette zone du Turkestan oriental n’a d’autonome que le nom. Comme au Tibet, les autorités chinoises ont posé une chape de plomb et imposent leurs règles. En cette période de ramadan 2016, la communauté ouïgoure espérait, pour une fois, vivre un mois sacré sereinement. Année après année, le régime de Pékin tente de limiter au maximum la pratique du jeûne et la prière pendant le ramadan. Et cette année encore, c’est le cas. Le gouvernement a fait savoir que « les membres du Parti (communiste, ndlr), les cadres, les fonctionnaires, les étudiants et les mineurs ne doivent pas jeûner durant le ramadan et ne doivent pas participer aux activités religieuses. »

Interdiction de se rendre dans les mosquées

Une note publiée par Zaman France qui montre les difficiles conditions dans lesquelles vivent les Ouïgours. Depuis le 11 septembre 2001, la Chine a multiplié les actes de répression contre cette communauté pourtant très importante. Les autorités pékinoises ont notamment lancé des actions visant à minimiser la langue ouïgoure, le patrimoine de cette région et surtout ses traditions religieuses. Petit à petit depuis quinze ans, la culture ouïgoure s’atténue. Ce peuple, autrefois nomade en Mongolie, est pourtant établi dans la région du Xinjiang depuis douze siècles. Et pendant le ramadan, les loi qui sortent sont parfois étonnantes.

Par exemple, indique le communiqué du gouvernement chinois, les Ouïgours ont interdiction la plus totale de fermer les restaurants et les débits de boissons. Plus localement, des actions contre les musulmans sont également mises en place : l’Education nationale aurait demandé aux directeurs d’établissements scolaires d’« empêcher les étudiants et professeurs de tous les établissements scolaires de se rendre dans les mosquées pour des activités religieuses. » Une répression qui fait suite aux vœux de Zhang Chunxian, le leader du Parti communiste du Xinjiang, qui avait souhaité à ses compatriotes musulmans… un joyeux ramadan !

Yassine Bannani

Laisser un commentaire