Confiscations de passeports, interdiction de faire ramadan… Depuis de nombreuses années, les Ouïgours sont victimes de discriminations manifestes de la part du gouvernement chinois. Dans le Xinjiang, où les Ouïgours représentent 45 % de la population, l’Islam n’est pas vraiment le bienvenu. Sous couvert de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, l’Etat y fait régner la terreur. En février dernier, les autorités locales proposaient une prime financière aux citoyens qui dénonceraient les barbes trop longues et les femmes intégralement voilées. Elles vont plus loin dès samedi en lançant de nouvelles mesures discriminatoires à l’encontre des musulmans du pays.

En effet, indique Reuters, dès samedi, les barbes « anormales » et le port du voile dans les lieux publics seront interdits — rien de bien neuf —, mais c’est loin d’être tout : tout citoyen du Xinjiang sera également dénoncé s’il refuse de regarder… la télévision d’Etat. Les mesures des députés de l’assemblée régionale du Xinjiang sont délirantes : si la Chine assure que les droits culturels et religieux des Ouïgours seront respectés, il sera désormais interdit « d’utiliser le mot de ‘halal’ pour s’ingérer dans la vie laïque des autres » ou même de se marier religieusement sans passer par la mairie. Une série de décisions qui isole un peu plus les Ouïgours.