Après la prédication et le rap, Chekhsar organise des rencontres halal sur sa page Facebook en vue d'aider les musulmans à se marier.

Ilyass Lakhrissi, alias Chekhsar, n’en est pas à sa première polémique. La dernière en date a débuté sur sa page Facebook quand il a lancé l’idée « des rencontres halal » en vue de mariage. Le cheikh 2.0 spécialiste du buzz, s’estime poursuivre un objectif vertueux : aider les gens à se marier conformément à la Chariaa. Mais Chekhsar, a-t-il choisi le bon moyen pour atteindre son objectif ?

Les rencontres halal façon Chekhsar

Chekhsar est un ex rappeur et jeune podcasteur qui se sert de ses vidéos axées sur la morale et la religion pour aborder plusieurs thématiques sociétales. Il alterne généralement entre rap et prédictions. Cette fois-ci, il a choisi d’organiser des rencontres halal sur sa page Facebook qui compte 118 000 fans. Le top départ de cette action a été donné le 16 avril 2015. Pour encourager les célibataires à participer, il leur a demandé de lui envoyer un message privé. Une fois le partenaire trouvé, il promet d’organiser une rencontre chez la future mariée qui se fait en présence de ses parents, histoire de respecter les règles de la Chariaa. Pour prouver son sérieux, ce cheikh 2.0 raconte à ses fans « J’ai marié deux amis à moi à des sœurs que je connais, et depuis plusieurs amis veulent que je leur trouve une femme ». Plusieurs jeunes musulmans célibataires déjà séduits par le concept des sites de rencontres halal s’intéressent à la proposition de Chekhsar.

Fidèle à ses traditions…

Avant de devenir un agent matrimonial, Chekhsar a défrayé la chronique au mois de novembre 2014. On se rappelle qu’il avait publié une vidéo dénonçant le harcèlement sexuel que subissent les hommes. Pour ce faire, il a filmé de derrière des filles se promenant dans les rues de Rabat. Pas du tout halal comme moyen d’expression ! « Pourquoi une femme se fait-elle belle si ce n’est pour attirer les hommes ? », s’est-il interrogé. A cette occasion, la Fédération de la ligue démocratique des droits des femmes au Maroc avait porté plainte contre lui. Buzz et bon goût ne font décidément pas souvent pair.


Source (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire