L'attentat de Charlie Hebdo a été dénoncé par les musulmans de France. Pourtant, plusieurs symboles de l'islam ont été attaqués.

C’est avec amertume que la communauté musulmane a reçu la mauvaise nouvelle de l’attentat « barbare » commis dans les locaux du journal Charlie Hebdo. Des milliers de personnes de toutes les confessions ont condamné cette « boucherie ». Cependant, restons prudents sur les conclusions à tirer. L’appel à la tolérance et au respect doit être le mot d’ordre. 

Charlie Hebdo : quand une Klachnikov s’oppose à une caricature

« On a tué Charlie Hebdo ». C’est ce qu’a crié l’un des auteurs de l’effroyable carnage effectué au sein des locaux du journal satirique. Mercredi, 7 janvier 2015, en fin de matinée, trois hommes cagoulés ont fait irruption au siège du journal et ont tiré sur l’équipe de la rédaction. Cette fusillade a fait douze morts. Parmi les victimes, on compte Jean Cabut, alias Cabu, le pilier de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier, connu sous le pseudo de Charb et directeur de la publication mais aussi les caricaturistes Wolinski et Tignous. Même si Charlie Hebdo, à plusieurs reprises, a commis des provocations blessantes à l’encontre de l’islam, de notre Prophète et des autres religions au nom de la liberté d’expression, un tel attentat ne peut pas être justifié. Ainsi, les organisations qui représentent la communauté musulmane ont affiché leur solidarité avec l’équipe de Charlie Hebdo et ont condamné l’attentat. Le Conseil français du culte musulman (CFCM), au nom des français musulmans considère que c’est une « attaque contre la démocratie et la liberté de la presse » et qu’il s’agit d’un « drame d’ampleur nationale ». D’un autre côté, l’union des organisations islamiques de France a dénoncé « de la manière la plus ferme cette attaque criminelle et ces horribles meurtres ». A son tour, Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris a condamné une « vision absolument erronée, malade, psychopathologique de la religion ». La solidarité exprimée pour le journal et les familles des victimes a eu de grands échos sur les réseaux sociaux. Le hashtag #JeSuisCharlie a été consulté en une journée plus de 5 milliards de fois, et a permis à toutes les personnes touchées de ce drame de manifester leur solidarité.

 #Respectformuslims : je suis musulman et je ne suis pas terroriste

La communauté musulmane n’a pas gardé le silence et a condamné fermement le carnage de Charlie Hebdo. Mais il fallait s’y attendre, plusieurs lieux de culte musulman ont été la cible d’attaques. Quelques heures après l’attentat un snack kebab à proximité d’une mosquée à Villefranche-sur-Saône (Rhône) a été soufflé par une explosion. Selon le procureur de la République à la ville,  «un engin artisanal déposé devant l’entrée du snack, à quelques mètres de la mosquée, a explosé à 5h45. La façade a été soufflée». Au Mans, trois grenades d’exercice ont été lancées contre une mosquée de la région. À Port-la-Nouvelle, des coups de feu d’un pistolet à grenailles ont été tirés en direction d’une salle de prière musulmane. À Poitiers, des tags haineux ont visé la mosquée de la ville. L’expression « mort aux Arabes » a été taguée sur le portail. Suite à ces différentes attaques, le hashtag #Respectformuslims a été lancé sur Twitter pour affirmer que l’islam n’a rien à voir avec les attentats et la violence. A travers cette mobilisation, les musulmans veulent rappeler que ces actes commis au nom de la religion ne sont qu’une insulte pour l’islam. Le vrai combat est celui des idées et des arguments. 


L’attentat de Charlie Hebdo risque encore une fois de plonger la communauté musulmane en France et en Europe dans un climat d’islamophobie. De ce fait, il convient de rester unis et solidaires. La meilleure réponse à toute atteinte à notre religion est la tolérance et le repects envers tous.

Source (ici et )

Mehdi Chaouali

Laisser un commentaire