« Charia : ce que révèle la décision de la CEDH. » A la lecture du FigaroVox, le site de débats du Figaro, on a l’impression que l’Europe est devenue un Etat islamique. Dans cet article, Grégor Puppinck, docteur en droit, estime que les instances du Conseil de l’Europe se posent la question de savoir si la charia a « sa place en Europe » et, « si oui, à quelles conditions. »

Sauf que Grégor Puppinck n’est pas qu’un simple docteur en droit. Il est en réalité un militant chrétien actif, à tendance islamophobe. Et sa tribune a largement été partagée par la fachosphère, qui avait déjà écrit il y a plusieurs jours que la CEDH venait d’ouvrir à la charia la porte d’une application en Europe. Une charia qui prendrait alors le pas, dans certains cas, sur le droit commun.

Le HuffPost a décidé de remettre, à juste titre, les pendules à l’heure : le docteur en droit semble, explique le journal en ligne, faire dire à l’arrêt de la CEDH ce qu’il ne dit absolument pas. Pour le juriste Nicolas Hervieu, « jamais la Cour ne tolérera une règle de droit, charia ou pas, qui remettrait en cause les principes de la Convention des droits de l’homme. »

Et l’enseignant à Sciences-Po, spécialiste du droit européen des droits de l’Homme, indique que l’arrêt dit totalement l’inverse de ce que lui fait dire Grégor Puppinck. Nicolas Hervieu rappelle que la charia est appliquée dans des petits territoires de certains pays européens, comme ce fut le cas à Mayotte, ou en Grèce, donc. Dans la région grecque dont il est question, un homme a voulu détourner la charia et se tourner vers le droit commun pour une histoire d’héritage. Or, la CEDH a indiqué que « la charia sans consentement » était interdite. Rien à voir avec l’analyse du militant chrétien donc.

Qu’importe : des élus de droite et d’extrême droite, de Dupont-Aignan à Philippot, ont décidé de protester contre une décision qui était en réalité loin de ce qu’ils en disent. L’esprit de Noël, certainement… Quoi qu’il en soit, cette tribune a fonctionné : nombreuses sont les personnalités à demander à la France de quitter la Cour européenne des droits de l’homme. Une fake-news utile au service d’une idéologie…