Le régime syrien a violé le cessez-le-feu et tué au moins 63 civils depuis vendredi. Un lourd bilan, alors que la paix était négociée à Genève...

Après huit semaines de cessez-le-feu en Syrie, les violences ont repris et ont déjà fait, ce dimanche 24 avril, 26 morts. Des civils tués à Alep.

Après huit semaines de trêve, on compte à nouveau les morts en Syrie. Le président Barack Obama déclare vouloir « rétablir » le cessez-le-feu entre les soldats du régime et les rebelles. « L’offensive du régime n’est pas seulement une attaque contre les Syriens mais contre le processus de négociations de Genève », a déclaré le porte-parole de la délégation du Haut comité des négociations (HCN), l’opposition au régime de Bachar al-Assad, Salem al-Meslet. Une opposition qui a décidé de se retirer des discussions de Genève. Cette offensive dénoncée par le HCN a fait 26 morts ce dimanche. En trois jours, ce sont 63 civils qui ont péri.

Négociations entre Obama et Poutine

Selon l’AFP, « la défense civile des zones rebelles, au siège des Casques blancs, est épuisée. » Dans les zones rebelles d’Alep, situées à l’est, les hôpitaux appellent aux dons du sang pour pouvoir répondre à l’urgence. Les écoles de la zone aussi ont étaient fermées jusqu’à nouvel ordre. Le régime a touché le canal principal d’eau dans la région d’Alep. Le HCN demande un retour au cessez-le-feu et accuse l’Etat syrien d’être responsable de son arrêt. Salem al-Meslet, son porte parle, demande à la Russie d’agir : « Les tueries doivent cesser et les négociations reprendre sur la base de la cessation des hostilités. »

Barack Obama, le président des Etats-Unis estime également, de son côté, que le cessez-le-feu doit reprendre de suite. Il indique s’être entretenu avec son homologue russe : « J’ai parlé avec le président Poutine au début de la semaine dernière pour tenter de garantir que nous pourrons rétablir un cessez-le-feu », a-t-il assuré. Mais le président américain s’oppose à une intervention au sol. « Ce serait une erreur de la part des Etats-Unis, du Royaume-Uni ou de toute alliance de pays occidentaux d’envoyer des troupes au sol et de renverser le régime d’Assad. »

Toutefois, le président américain compte envoyer, aujourd’hui, plus de 200 soldats en Syrie qui auront pour mission l’assistance et le conseil des groupes rebelles en Syrie. « Je crois vraiment que nous pouvons faire pression, internationalement, sur toutes les parties en présence, pour qu’elles s’assoient à une table et tentent de négocier une transition » insiste Obama. Depuis le début du conflit, le bilan est lourd : 270 000 morts et la moitié de la population locale aurait été poussée à quitter son foyer.

Yassine Bannani

Laisser un commentaire