Alors qu'elles désiraient dîner dans un restaurant, deux femmes voilées ont été priées de faire marche arrière par un patron ouvertement islamophobe.

Deux femmes voilées ont été priées de quitter un restaurant en Île-de-France. La scène a été filmée, le restaurateur sommé de s’excuser.

« Tous les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont terroristes. Voilà, cette phrase veut tout dire. » Lorsqu’il reçoit, dans son restaurant, deux clients musulmanes voilées, le patron du Cénacle, Tremblay-en-France, ne cache pas son islamophobie. La scène se déroule la semaine dernière, elle a été filmée et relayée par le site Islam & Info. Lorsque l’une des deux clientes s’étonne que le propriétaire du restaurant soit raciste, celui-ci le confirme : « Les racistes comme moi ne tuent pas les gens », argue-t-il. La diffusion de cette vidéo a provoqué dégout et indignation chez nombre d’associations qui s’étaient battues contre la verbalisation de femmes voilées sur certaines plages de France.

A droite, on crie à la manipulation

Du côté des politiques, restés très silencieux pendant l’été quant aux arrêtés municipaux anti-burkini, on a également réagi. C’est le cas de Laurence Rossignol, qui a jugé la réaction du patron de restaurant « intolérable. » Le député-maire de Tremblay-en-France écrit, dans un communiqué, que « la population tremblaysienne se sent meurtrie et indignée par une attitude contraire aux valeurs de la République » et estime que « c’est à la justice qu’il revient de sanctionner avec sévérité les propos et actes racistes, s’ils s’avèrent exacts. » Pour Laurent Wauquiez, le nouveau patron par intérim des Républicains, « le restaurateur (…) s’est exprimé en disant qu’il (…) regrettait ses paroles. C’est bien qu’il l’ait fait et c’est à son honneur. Ces paroles sont indignes, il les a corrigées, tant mieux. »

Le patron du Cénacle s’est en effet excusé. Il faut dire que, depuis la révélation de cette affaire, la réputation de son établissement est en train de dégringoler. « J’ai pété un plomb. Un ami est mort au Bataclan, j’ai tout mélangé », explique le restaurateur qui, selon le journaliste du Parisien Thomas Poupeau, a promis de s’excuse publiquement. De son côté, le parquet de Bobigny a ouvert une enquête pour « discrimination à caractère racial. » Alors que, comme l’avait fait Julien Dray pour l’épisode de la femme voilée verbalisée sur une plage, certains à droite crient au complot. Comme Zohra Bitan, de l’UDI, qui dénonce un « business de l’islamophobie » et qui s’étonne que deux musulmanes aient eu l’outrecuidance de se rendre dans un restaurant non-halal.

Mehdi Chaouali

Laisser un commentaire