Les Britanniques, selon un sondage, sont pour moitié d'entre eux hostiles au burkini et à la burqa, deux vêtements autorisés dans leur pays.

Un sondage indique que la majorité des Britanniques sont contre le port de la burqa, alors qu’une petite moitié des sondés veulent également interdire le port du burkini sur leurs plages.

Faut-il interdire le burkini sur les plages ou l’autoriser ? La question, mille fois posée en France depuis le début du mois d’août, a émergé au Royaume-Uni. Selon un sondage sorti ce jeudi 1er septembre, près de la majorité des Britanniques seraient favorables à son interdiction. L’étude — qui décrit le burkini comme un habit couvrant « le corps et le visage » des femmes, précision importante — indique en effet que 46 % des habitants de Grande-Bretagne désirent que ce maillot de bain soit proscrit par voie législative. Ce sont principalement les plus de 65 ans qui sont favorables à l’interdiction du burkini, les moins de 25 ans étant en majorité contre. Mais pour le moment, le Parlement ne prévoit pas de statuer sur le sujet.

La burqa est légale outre-Manche

Dans ce même sondage, les Britanniques sont invités à se prononcer également sur le port de la burqa. Car, contrairement à la France qui a interdit ce vêtement couvrant autant le corps que le visage des certaines femmes en 2010, le Royaume-Uni n’a jamais statué sur la burqa. Seul le ministère de l’Education a transmis des « directives publiques » aux directeurs d’établissements scolaires permettant d’interdire le voile intégral dans les écoles publiques. Dans les tribunaux aussi, plusieurs juges refusent certaines femmes en niqab de comparaître. Mais plus globalement, dans les rues anglaises, ce vêtement est parfaitement légal.

Et les Britanniques semblent plutôt favorables à une loi équivalente à la loi de 2010 en France : en effet, près de six personnes interrogées sur dix sont favorables à une interdiction de la burqa. Comme pour le burkini, cette tendance est notamment observée chez les plus de 65 ans, qui sont quasiment huit sur dix à vouloir que le Parlement légifère sur le sujet, quand les moins de 25 ans ne sont qu’un tiers à être de cet avis. La médiatisation de la question du burkini et de la burqa en France a certainement amené les Anglais à, eux aussi, réfléchir à ce sujet qui semble diviser l’opinion.

Laisser un commentaire