L'étourdissement préalable à l'abattage rituel doit être systématique, écrit Brigitte Bardot au ministre de l'Intérieur dans une lettre.

« Babette s’en va-t-en guerre », c’était en 1959. Brigitte Bardot, alias Babette, partait alors combattre le nazisme. 2015, Babette a perdu de sa superbe mais a décidé de partir une nouvelle fois en guerre. Contre l’Islam. Un énième combat islamophobe sur fond de protection des animaux.

Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui s’occupe également du Culte, l’actrice de 80 ans se lance une nouvelle fois dans une charge contre l’abattage rituel. « L’étourdissement doit être systématiquement pratiqué par respect pour l’animal, en tant qu’être sensible. La pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances », écrit-elle. Si elle ne nomme pas directement le halal, elle l’a assez évoqué ces dernières années pour qu’on devine qui est la cible de cette saillie.

90 % des volailles sont électrocutées avant l’abattage

Pourtant, si l’assommage fait toujours débat au sein même de la communauté musulmane, s’attaquer à l’abattage rituel avec cet argument montre une totale méconnaissance du marché actuel. En effet, les bêtes sont très souvent étourdies avant d’être tuées, dans les abattoirs français : pour les volailles par exemple, c’est principalement l’électronarcose qui est utilisée pour étourdir les poulets avant abattage rituel. Environ 90 % des volailles en France seraient électrocutées avant la saignée.

Que l’ancienne actrice adresse cette lettre au ministère de l’Intérieur quelques jours avant le Ramadan est d’un timing douteux, au moment même où les Républicains font le lit du Front national en ne parlant que d’Islam et alors que le gouvernement tente de dépassionner le débat avec son instance de dialogue avec le culte musulman.

Brigitte Bardot : 2 jours avant le ramadan, elle écrit au Ministre de l’Intérieur contre les abattages rituels (ici)

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire