Le bœuf de Kobe est nourri à la bière. La consommation de sa viande est licite selon certains oulémas et détestable selon d'autres.

De beaux paysages vallonnés à perte de vue, des prairies et des plaines… Voilà à quoi le fameux bœuf de Kobe a droit. Nourri à la bière et massé au saké, l’animal est connu pour sa viande persillée avec un goût tendre comme du beurre. La viande bovine est halal si les règles de l’abattage rituel sont respectées. Mais faut-il vérifier également le caractère halal de la nourriture des animaux ? Le fait que les bœufs soient nourris à la bière, annule-t-il le caractère halal de la viande ? 

Kobe : le paradis rêvé des bœufs

C’est à Kobe, capitale du canton de Hyogo au Japon, que le fameux bœuf de Kobe ou « tajima-gyu » est élevé. Cet animal est né du croisement entre le bœuf japonais noir, le wagyu, et les races importées telles que la holstein et c’est le seul ayant droit au label « bœuf de Kobe ». Chaque taure est élevée dans une étable individuelle pour être engraissée pendant 500 jours environ. Le bœuf de Kobe est nourri de céréales, d’eau mais aussi de bière. Sans stress, sans exercice et avec beaucoup d’amour, le bœuf est aussi massé au saké …  A l’abattage, il doit peser 600 kg. L’objectif de ces conditions strictes d’élevage est que les bêtes produisent le maximum de graisse et en brûlent le minimum. Le massage au saké aurait pour effet de faciliter la pénétration de la matière grasse dans les muscles. Ces pratiques nippones propres à l’élevage du bœuf de Kobe font de cette viande un produit alimentaire de luxe.

Bœuf de Kobe : halal ou haram ?

Un bœuf nourri à la bière et massé au saké, sa viande est-t-elle halal ? En islam, l’animal dont la viande est comestible mais nourri de choses impures qui peuvent rendre son odeur nauséabonde et changer son goût est appelé «Djalâla». L’alcool et la bière alcoolisée font partie des choses impures et haram selon les oulémas. Chez les Chaféites, la quantité de nourriture impure ne doit pas être prise en compte, c’est plutôt l’odeur fétide qui annule le caractère halal de la viande du bœuf de Kobe. Par contre, les Hanbalites tiennent compte de la proportion de la nourriture impure. De ce fait, si le bœuf de Kobe est nourri principalement à la bière, il serait détestable de consommer sa viande même si la couleur et l’odeur n’ont pas changé.

La production de la viande de bœuf de Kobe est un business qui commence à attirer les convoitises de plusieurs pays. Les musulmans, prendront-ils leur part du gâteau en développant une norme halal pour ce secteur ?

Source (ici et )

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire