En seulement quinze jours, « Black Panther » est devenu un phénomène mondial. En tête du box-office, le film a engendré plus de 700 millions de dollars de recettes et a dépassé le million d’entrées en France. 

Un succès qui s’explique par le message militant et politique qu’il véhicule. En effet le film dénonce le racisme met en avant pour la première fois un super-héros noir, qui doit retourner au Wakanda. 

Ce pays africain imaginaire est riche en matières premières, très moderne et avancé technologiquement. Il n’a surtout pas connu l’esclavage, ni la colonisation ou toute autre forme d’impérialisme. 

Une terre idéale où l’harmonie règne entre les tribus mais aussi entre les hommes et les femmes. Ces dernières sont d’ailleurs représentées comme des femmes fortes, indépendantes et engagées. 

Ainsi, plusieurs personnalités se sont emparées du slogan du film, « Wakanda forever ». Lors du match de championnat entre Manchester United et Chelsea le 25 février dernier, les joueurs Jessie Lingard et Paul Pogba ont croisé leurs bras pour former un W, afin de célébrer le but de leur équipe. Une façon de signifier le « black power » qui émane du film.

Quelques jours plus tôt, le 22 février, le joueur Michy Batshuayi du Borussia Dortmund, a également fait référence au film suite à des insultes racistes lors d’un match de la Ligue Europa. Dans un post Twitter, il dénonce le racisme dans le football et utilise le hashtag #GoWatchBlackPanther. 

D’autres personnalités ont également évoqué le film, comme le chanteur Snoop Dogg, réalisant aussi un W avec ses bras ou encore l’athlète Jasmine Todd, effectuant ce qu’elle appelle le #WakandaSalute.

Mais de manière plus large, des internautes reprennent aussi ce geste à travers des photos sur Twitter. La mobilisation de la communauté afro-américaine est donc importante suite à ce « Blackbuster », comme l’a surnommé Libération. Mais la force de ce dernier est qu’il a toutefois réussi à séduire un public large.