La gérante de la boutique « L’atelier de la robe » situé à Narbonne (Aude), a porté plainte contre la ville de Béziers, après s’être vue refuser l’accès au salon de la femme et du bien-être au motif qu’elle portait le voile.

Vendredi 8 mars au matin, Morgane Demarcy et sa vingtaine de mannequins, ses maquilleuses et ses photographes, se sont en effet fait refouler à l’entrée du Palais des congrès à Béziers par des agents de sécurité.

Un refus justifié par la mairie dans un communiqué, qui a estimé qu’il était « inacceptable » que se tienne un tel stand avec un « défilé de femmes voilées » et que ceci était « contraire aux valeurs françaises de liberté et d’émancipation ».

La gérante de la boutique, qui propose des robes de soirées et de mariage à la location, a aussitôt réagi, outrée par la réaction de la mairie.

« Tout était prévu depuis un mois et demi. Nous avons rencontré les organisateurs (la Ville de Béziers). Ils savaient que je portais le voile. Il n’y a eu aucun souci (…) Sur les vingt modèles, seule une femme défilait voilée. Il ne s’agissait en aucun cas de robes orientales mais de robes de soirée, sexy, dénudées. J’ai signé un contrat avec la ville. J’ai payé ma cotisation comme tout le monde. Je travaille comme tout le monde », a t-elle fait savoir à Midi Libre.

« J’ai justement voulu faire ce salon pour montrer qu’on est des femmes comme les autres, que ce n’est pas parce que je porte le voile qu’on est différente », confie t-elle également au HuffPost.

Morgane Demarcy a donc décidé de porter plainte contre la mairie de Béziers pour « discrimination, délit de faciès, préjudice professionnel et financier » et s’est tournée vers le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF).

Le maire frontiste Robert Ménard, n’en démord pas. Pour lui, Morgane Demarcy aurait dû préciser que certaines femmes portaient le voile, expliquant n’en avoir pas vu au préalable sur la page Facebook de sa boutique.

« Elle nous a caché des choses. Par rapport au combat des femmes, c’est une provocation et je ne l’accepterai pas », a t-il expliqué à Midi Libre.