Avec « Lemonade », Beyoncé a pris en main le thème de la discrimination contre les Afro-Américains. Un réquisitoire bien plus que musical, un véritable plaidoyer politique.

La diva de la pop a surpris ses fans avec son sixième album, « Lemonade ». Le film-album de Beyoncé a été diffusé en exclusivité sur la chaîne HBO ce 23 avril. Retour sur la sortie d’un disque éminemment politique.

Ce nouvel album n’est pas comme les autres. Pas d’un point de vue musical, mais davantage d’un point de vue politique, ou même social. Tout doit être pris en compte dans cet album : les paroles, les images, les bandes son. Rien n’est placé au hasard et tout a une signification importante. « Lemonade » est avant toute chose un réquisitoire contre les discriminations raciales à l’encontre des Afro-Américains. C’est un album engagé qu’a réalisé Beyoncé. Elle rend notamment un hommage tout particulier aux femmes afro-américaines qui tentent de se libérer de toute domination et de toute discrimination.

Notons que « Queen Bee » diffuse même dans ses chansons des extraits de discours de Malcolm X, défenseur charismatique des droits des Noirs : « La femme la moins respectée aux Etats-Unis est la femme noire. La personne la moins protégée aux Etats-Unis est la femme noire », chante Beyoncé dans son titre « Don’t Hurt Yourself ». Pour une telle cause, Beyoncé a fait appel à  des femmes noires de grande notoriété aux Etats-Unis et dans le monde. Son film met l’accent sur des vers de la poétesse anglo-somalienne Warsan Shire, auteure d’une poésie engagée. Ce qui a attiré Beyoncé, ce sont les thèmes évoqués  par la jeune écrivaine : émigration, question d’identité, traumatismes et de leurs influences sur la vie des femmes.

La chanteuse a également fait appel à la joueuse de tennis Serena Williams, qui a régulièrement milité pour les droits des Noirs : la sportive avait en effet refusé de jouer sous le drapeau des Confédérés, en Caroline du Sud. Il a fallu enlever le drapeau pour que la jeune femme puisse jouer : « Je ne voulais pas aller à Charleston tant que le drapeau n’était pas retiré. Une fois qu’il l’a été, j’y suis allée », avait déclaré Serena Williams. Beyoncé a également fait appel au duo franco-vénézuélien-cubain Ibeyi. En effet, le duo chante en anglais, mais surtout en yoruba, une langue africaine importée à Cuba au 17e siècle par des esclaves originaires du Nigeria et du Bénin. Enfin, la chanteuse a également fait appel aux mères de Travyon Martin et Michael Brown. Leurs fils se sont tous deux fait tirer dessus par des policiers, et ont été acquittés par la justice.

« Lemonade » lancé, Beyoncé va désormais pouvoir entamer sa nouvelle tournée, Formation World Tour, qui débutera le 27 avril à Miami. Elle fera notamment un passage par la France, le 21 juillet.

Jenna Belhadj ( 16 ans ) est lycéenne à La Rochefoucauld à Paris

Jenna Belhadj

Laisser un commentaire