Contactez-nous

Société

Beaune : une sous-estimation de la dimension raciste des agressions dans les quartiers populaires ?

SOS Racisme Côte-d’Or dénonce le fait que la justice ait trop rapidement écarté la piste raciste lors de la fusillade qui s’est déroulée à Beaune la semaine dernière.

Publié

le

Voilà maintenant plus d’une semaine que sept jeunes ont été blessés par des coups de feu à Beaune, en Côte-d’Or. Dans la nuit du dimanche 29 juillet au lundi 30 juillet, des coups de feu avaient été tirés en direction d’un groupe de jeunes aux cris de « Sale bougnoules, rentrez chez vous ! » Dix jours après cette agression, le silence est de mise dans la classe politique. De quoi faire réagir les associations, comme SOS Racisme qui assure qu’« il n’y a pas eu de règlement de compte », comme l’évoquent les enquêteurs. Dans un communiqué, l’association « s’émeut du traitement judiciaire et médiatique de la fusillade de Beaune » et indique que « ce traitement est symptomatique des clichés les plus éculés qui peuvent frapper les jeunes de quartiers populaires. »

La présidente de SOS Racisme Côte-d’Or, Dieynaba Balde, dénonce le fait que, « de victimes, les jeunes ont été présentés comme des personnes que de nombreux internautes se sont plus à présenter comme des délinquants et donc, dans leur esprit, des coupables de l’acte qu’ils venaient de subir. » Une délégation de SOS Racisme s’est rendue sur les lieux. Les habitants déplorent « le manque de soutien des autorités locales voire nationales face à une agression d’une exceptionnelle gravité, qui s’est finalement conclue par une fusillade qui aurait pu leur enlever la vie. » Des habitants révoltés Ils nous ont fait part au demeurant de leur révolte concernant les commentaires par « les commentaires haineux à leurs égards dans les réseaux sociaux », ajoute SOS Racisme 21.

L’association rappelle la « très forte suspicion d’une dimension raciste » de cet acte et s’étonne que cette piste ait été « manifestement écartée par le procureur. » SOS Racisme « demande que cesse cette sous-estimation systématique de la dimension raciste des agressions contre les personnes et demande que la justice se défasse de clichés qui l’amènent, à peine l’enquête débutée, à écarter ladite dimension, renvoyant les événements à un simple règlement de compte car intervenu dans un quartier populaire que tous les témoignages présentent comme habituellement calme. » L’association réclame par ailleurs un soutien psychologique aux victimes et à leurs familles.


Le CCIF Bourgogne-Franche-Comté s’est également rendu au chevet des victimes. Le Collectif contre l’islamophobie en France parle d’« attaque sans précédent. » Le CCIF de la région affirme que « toutes les victimes, sans exception, indiquent que des propos racistes, sans équivoques, ont été tenus par les assaillants. Les familles de victimes s’en remettent à la justice et ont déjà saisi des avocats. Alors même qu’en l’espèce, le mobile semble évident compte tenu des témoignages recueillis et formels de toutes les victimes sur les propos racistes tenus par les agresseurs, ‘sale bougnoule’, ‘rentrez chez-vous’, les familles et leurs victimes pointent des condamnations politiques qui ne sont pas à la hauteur de la tragédie. » Pire encore, estime le collectif, « certains politiques locaux, se sont empressés d’instrumentaliser cette agression pour véhiculer des idées destructrices en amalgamant ‘l’insécurité’, les ‘quartiers prioritaires’ et une ‘immigration anarchique’. En cela, ils n’ont finalement rien à envier à certains commentaires racistes qui peuvent être lus sur les réseaux sociaux : au fond il s’agit de prétendre que ces jeunes sont responsables de l’agression qu’ils ont subie. » « Il est temps que cela cesse et les associations signataires (Attac 21, Ensemble 21, Ligue des Droits de l’Homme, NPA 21, Union Juive Française pour la Paix, ndlr) seront aux côtés des victimes de toutes ces politiques de division », peut-on lire dans un communiqué.

© Photo : Le JSL

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité