Militant juif BDS, Jean-Guy Greilsamer refuse que le mouvement de boycott bénéficie d'une protection particulière et tire la sonnette d'alarme quant à la politique français vis-à-vis d'Israël.

Membre actif de l’Union juive française pour la paix (UJFP), qui estime dans sa charte que « le conflit entre Israéliens et Palestiniens ne peut être résolu qu'en mettant un terme à la domination d'un peuple par un autre, et en mettant en œuvre le droit à l'autodétermination pour le peuple palestinien, y compris le droit de créer son propre Etat indépendant », Jean-Guy Greilsamer milite également pour le mouvement BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions). Il fait le point sur ses deux activités…

Info Halal : L’Union juive française pour la paix (UJFP), c’est quoi ?

Jean-Guy Greilsamer : Il s’agit d’une association juive pour une paix juste au Proche-Orient et qui combat les racismes en France. Elle a été créée en 1994, au moment des accords d’Oslo, alors qu’on voyait enfin des espoirs de paix. Mais la situation a continué à se dégrader. Et lors de la deuxième Intifada et à l’arrivée de Sharon au pouvoir, nous avons été rejoints par une vague de nouveaux militants, car Israël a insisté dans sa politique répressive « au nom des juifs du monde entier. » Nous n'avons pas accepté cela. Et puis, en France, la situation s’est dégradé,  nous nous sommes engagés dans des luttes contre des racismes tels que l’islamophobie et le racisme anti-Roms qui sont des racismes d’Etat, à la différence de l’antisémitisme qui, s’il n’a pas disparu, n’est plus un antisémitisme d’Etat comme on a pu le connaître lors de la 2e Guerre mondiale. Or, les lobbies sionistes manipulent la mémoire du génocide juif pour camoufler la politique d’apartheid d’Israël.

« En Israël, on nous considère comme des traitres »

Info Halal : Vous avez été très actif dans la campagne BDS. Pourquoi ce choix ?

Jean-Guy Greilsamer : BDS est porteur de valeurs universelles, en même temps qu'un soutien à un peuple menacé. C’est un mouvement citoyen, non violent et antiraciste. Certes, la majorité des populations juives dans le monde sont du côté de la politique sioniste, mais dans BDS, il y a une proportion significative de juifs. Et cela met très mal à l’aise Israël, qui ne peut plus décemment s’exprimer au nom des Juifs du monde entier. On nous considère comme des traitres, comme des juifs ayant la haine d’eux-mêmes. Mais aujourd’hui, le chantage à l’antisémitisme ne marche plus.

Info Halal : Malgré les jugements contre BDS, êtes-vous satisfait des retombées ?

Jean-Guy Greilsamer : Oui, et c’est pour cela que nous sommes attaqués. Nous avons obtenu, avec la participation de mouvements BDS américain et britannique, le retrait de Veolia d'Israël. Nous avons aussi eu une victoire avec Orange, qui a rompu son accord avec la société israélienne Partners Communications, qui opère dans les colonies.

Info Halal : La loi dit que BDS est illégal. Or, vous, vous dite qu’au contraire, ce sont les produits issus des colonies qui sont illégaux…

Jean-Guy Greilsamer : Les lobbies sionistes prétendent que c’est illégal. Mais la loi ne l’interdit pas, c’est simplement la circulaire Alliot-Marie. Sur une centaines de plaintes, la majorité ont été classées sans suite. La plupart des procès se sont terminés par des relaxes, seuls deux se sont terminés par des condamnations, mais ça ne suffit pas à faire une jurisprudence. Appeler au boycott, cela relève de la liberté d’expression ! Les autres boycotts, de l’Afrique du Sud, de la Chine, de l’Iran et même de la Russie par l’Etat français lui-même, n’ont jamais été contestés par le gouvernement. La circulaire Alliot-Marie met Israël à part, cela a une portée raciste. Quant au fait que les produits issus des colonies sont illégaux, il faut savoir que la politique israélienne bafoue une grande quantité de résolutions internationales, notamment concernant la colonisation et l’interdiction du droit au retour, qui est inscrit dans la résolution 194 de l’ONU. La campagne BDS a trois objectifs : lutter contre l’occupation et la colonisation, gagner l’égalité des droits pour les Palestiniens d’Israël, qui sont aujourd’hui des citoyens de seconde zone, et autoriser le droit au retour.

« Le harcèlement de Manuel Valls est choquant »

Info Halal : Les pressions économiques, comme BDS, c’est la solution la plus efficace selon vous ?

Jean-Guy Greilsamer : C’est important, mais pas suffisant. Il y a d’autres boycotts : sportif, universitaire, syndical… Le boycott culturel est, à mon sens, très important. Il ne s’agit pas de boycotter des individus mais Israël. Le boycott culturel permet de mettre en lumière la politique israélienne, car Israël aime se servir des artistes. Quand des personnalités refusent une invitation officielle d’Israël, cela a un poids important.

Info Halal : Manuel Valls, au dîner du CRIF, a indiqué que « l’antisionisme est synonyme de l’antisémitisme. » Qu’en pensez-vous ?

Jean-Guy Greilsamer : Ce harcèlement est choquant. Le sionisme est le nom du colonialisme israélien. Et c’est très grave de dire que BDS est antisémite.

Info Halal : On voit, en Israël, le journal Haaretz qui se bat en faveur du retrait des Territoires occupés, ainsi que pour la défense des droits des Palestiniens… Est-ce une façon de penser répandue en Israël ?

Jean-Guy Greilsamer : Il y a un pôle anticolonialiste en Israël, mais pas  très important. Aux dernières élections, il a été la troisième force du pays. Il y a régulièrement des sursauts citoyens et même un boycott BDS de l’intérieur qui apporte un soutien précieux.

Info Halal : Que pensez-vous de la politique française vis-à-vis du conflit israélo-palestinien ? Quel est le bilan de cinq ans de François Hollande ?

Jean-Guy Greilsamer : Elle a empiré. Sarkozy soutenait déjà bien Israël, et Hollande a simplement continué cette politique. A l’été 2014, lors des événements de Gaza, la France a osé dire qu’Israël avait le droit de se défendre. Valls défend Israël avec beaucoup de virulence. Quant à l’Union européenne, malgré quelques mesures, elle reste très timide.

Info Halal : L’UE a cependant proposé l’étiquetage des produits provenant des colonies…

Jean-Guy Greilsamer : On peut considérer que c’est un progrès, mais nous, nous demandons le retrait pur et simple de ces produits. Et puis, l’étiquetage n’a même pas été mis en œuvre. Surtout qu’Israël détourne l’origine des produits en se domiciliant des sociétés commerciales ailleurs que dans les colonies.

Frédéric Geldhof

Laisser un commentaire