Des « tirs de représailles » ont été entendus la nuit dernière dans la bande de Gaza. Et pour cause : Israël a mené une opération après qu’une roquette a été tirée dans le sud d’Israël. Si cette dernière n’a pas fait de victime — ni même de dégât —, les tirs de représailles ont, eux, été violents : deux Palestiniens ont été grièvement blessés, un autre plus légèrement, et de nombreux dégâts matériels ont été enregistrés. Israël assure avoir voulu cibler deux bases appartenant au Hamas, dans le nord de la bande de Gaza. Mais les médias palestiniens assurent que l’un des raids a touché le camp de réfugiés d’Al-Shati. Les forces de l’ordre israéliennes ont également mené une opération d’arrestation dans le camp de réfugiés de Dheisheh. Le Hamas estime qu’« Israël a franchi une ligne rouge et en subira les conséquences. » Pour l’organisation palestinienne, « nous ne laisserons pas Gaza devenir un terrain d’essai de munitions israéliennes. » Cet épisode n’est en tout cas pas sans rappeler la guerre de l’été 2014, qui avait duré plus d’un mois et demi et qui avait fait de nombreux morts, parmi lesquels civils et enfants, côté palestinien.