Contactez-nous

Société

A Aulnay-sous-Bois, ces policiers qui aiment « casser des gens »

Un policier d’Aulnay-sous-Bois revient sur l’affaire Théo. Selon lui, ses quatre collègues ont délibérément agressé l’homme et sont des habitués de ce genre de pratique.

Publié

le

Le témoignage est édifiant. Un policier d’Aulnay-Sous-Bois revient, un an après le scandale lié à l’arrestation de Théo, sur cette affaire. Si les policiers incriminés ont tenté, en diffusant les vidéo de l’arrestation, de se dédouaner des faits qui leur sont reprochés, un de leur collègue a, lui, une autre version des faits.

Ce policier assure avoir « honte de travailler à Aulnay », explique-t-il auprès de Mediapart, qui assure qu’il n’est pas le seul dans ce cas. Le fonctionnaire indique en effet que les collègues des quatre policiers ayant agressé Théo sont « écoeurés, dégoûtés par ce qui s’est passé. » Le jeune homme en avait eu pour 60 jours d’incapacité totale de travail après la pénétration par un des policiers d’une matraque télescopique.

Certes, poursuit le fonctionnaire de police, les quatre agents « avaient le droit d’interpeller Théo, ils avaient un motif légitime. Mais pas le reste… » Et ce n’est pas faute de les avoir mis en garde. « J’ai vu et entendu des officiers de police judiciaire passer leur temps à leur dire d’y aller moins fort », raconte le fonctionnaire qui affirme que les policiers sont « des habitués. » « Dès qu’ils sortaient du commissariat et qu’il n’y avait plus d’autorité derrière eux, ils s’imaginaient être les maîtres dans la rue. Ils faisaient ce qu’ils voulaient, quoi ! »

Le policier, qui réclament que les policiers incriminés « prennent vingt ans ferme », assure que ses collègues « aiment se battre, casser des gens. » Une équipe de quatre policiers connue du commissariat. Pour ce témoin peu banal, il faut donner l’exemple, « que les jeunes n’aient pas l’impression que les policiers bénéficient de passe-droit. »

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité

A la une