Cathy Rehner, connue aussi sous le nom de Sara (son prénom pris lors de sa conversion à l’islam), a disparu le 9 mai 2016. La jeune femme devait se rendre à un rendez-vous professionnel à Largentière, en Ardèche. Mais elle n’avait ensuite plus donné signe de vie. Deux ans plus tard, en mai 2018, son ex-compagnon a finalement avoué l’avoir tuée et laissée dans une forêt. 

Désormais, les proches de Cathy Rehner qui doivent enfin récupérer sa dépouille, souhaitent l’enterrer au carré musulman du cimetière d’Aubenas. C’est en effet dans cette commune qu’elle résidait quelques temps avant sa fin tragique, même si la jeune femme avait épousé un autre homme, avec qui elle vivait à Marseille depuis peu. 

Seulement, la mairie s’y oppose. Chantal Rehner, la mère de la jeune femme, a demandé des explications. On lui aurait répondu que sa fille ne « rentre pas dans les critères » pour être enterrée dans le carré musulman d’Aubenas. A savoir : être décédée sur Aubenas, résider sur Aubenas ou encore avoir un caveau de famille sur la commune. 

« Ma fille est née à Aubenas, elle a vécu là-bas, elle y a travaillé, elle a payé ses impôts, tous ses proches y vivent. Elle avait rendu son appartement un mois avant sa disparition. C’est incompréhensible que la mairie refuse. Elle pourrait montrer un peu de compassion ! », témoigne sa mère, qui ne sait toujours pas où elle va enterrer sa fille, au Muslim Post.

« Vais-je devoir faire plus de deux heures de route pour aller me recueillir sur la tombe de ma fille à Marseille ? », s’indigne t-elle. Elle s’interroge également quant aux réelles motivations du maire devant ce refus. « A t-il quelque chose contre les musulmans ? C’est légitime de se poser la question ». 

Contacté, le maire, Jean-Yves Meyer, ne s’est pas encore exprimé sur cette affaire. 

© Illustration : photo d’un carré musulman à Lille, AFP