Depuis l’attentat de Londres, les témoignages touchants laissent place, petit à petit, à une islamophobie décomplexée. Surtout depuis que la police britannique a annoncé qu’elle privilégiait la piste du « terrorisme islamiste. » Face à ces amalgames, Brendan Cox, le mari de Jo Cox, députée britannique qui avait été assassinée pendant la campagne du référendum sur le Brexit, a décidé de lancer un appel à la raison. Celui-ci n’a pas hésité à montrer la bêtise qui consiste à lier terrorisme et Islam. « Nous ne devons pas oublier que l’auteur des faits n’est pas plus représentatif des musulmans britanniques que l’assassin de Jo ne l’était des habitants du Yorkshire », a déclaré Brendan Cox. Le mari de la députée estime d’ailleurs qu’en se laissant aller à l’islamophobie, certains Britanniques font le jeu des terroristes. Ces derniers, explique-t-il, « cherchent à nous faire perdre la raison, à nous pousser à accuser l’Islam et les musulmans dans leur ensemble. » Des déclarations salutaires. Rappelons que, avant d’être assassinée en juin dernier, l’élue britannique Jo Cox préparait un rapport sur l’islamophobie. Car les discriminations au Royaume-Uni touchent particulièrement les femmes musulmanes.