Dans un article d'Atlantico, l'historien Benoît Rayski écrit que « derrière le croissant se profile souvent la croix gammée… »

Dans un article de Benoît Rayski, l’historien écrit que « derrière le croissant se profile souvent la croix gammée… »

Le terme d’islamo-fascisme, employé en son temps par Manuel Valls, est repris en chœur par la fachosphère française. Une expression étonnante, que Marc Crapez,chercheur en science politique, dénonce comme étant « l’arme sémantique d’une entreprise de propagande idéologique. » Une propagande qui s’étend donc sur la toile à longueur de journées, et qui a désormais atteint la presse plus classique. Certes, Atlantico n’est pas vraiment un site centriste ou de gauche. Mais depuis plusieurs mois, sa lutte contre l’islam s’affiche au grand jour. Laissant parler, par exemple, Philippe de Villiers sans lui opposer d’arguments, ce site d’information montrait déjà des signes évidents d’hostilité envers la religion musulmane.

Un auteur qui se dit « islamophobe »

Mais ce n’était rien en comparaison d’un article publié ce lundi 19 octobre où, à propos du livre écrit par Hitler, « Mein Kampf », le journal en ligne titre : « « Mein Kampf » enfin réédité en français ! Tout nouveau, tout beau… » Un titre ironique, bien sûr. Si le site joue la provoc facile, jusque là, tout va plutôt encore bien. Lorsque le site Atlantico affirme que « « Mein Kampf » est depuis des années un best-seller dans le monde arabo-musulman », tout va toujours.

Mais le site dérape dans la conclusion de l’article : « Ainsi, la haine ancienne du Juif déjà présente dans le livre saint de la religion musulmane vient harmonieusement se mélanger avec la haine plus moderne contenue dans « Mein Kampf », peut-on lire. Rien que pour ça, pour savoir ce qui se passe dans certaines têtes malades et fanatisées, il faut feuilleter l’ouvrage d’Adolf Hitler. Et on comprendra pourquoi derrière le croissant se profile souvent la croix gammée… »

Une conclusion qui mélange donc Islam et nazisme. Son auteur, Benoît Rayski, « historien, écrivain et journaliste », collabore également au site de droite Boulevard Voltaire et à Causeur, et s’oppose régulièrement à l’Islam. Pire, précisent Les Inrocks, « il y a trois ans, il se définissait lui-même comme “islamophobe”. » De quoi s’étonner que la presse lui ouvre ses colonnes pour servir de support à son idéologie nauséabonde…

Quand Atlantico brandit Mein Kampf pour stigmatiser l’islam (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire