Le Parti socialiste français dépose ce mercredi 19 janvier, à l’Assemblée nationale, une résolution pour la reconnaissance du génocide des Ouïghours. Le vote de la résolution le 20 janvier 2022 aurait une portée symbolique, affirmant le soutien du peuple français, contre les exactions commises par le régime chinois.

Le Premier secrétaire du Parti Socialiste français, Olivier Faure, porte cette résolution à l’Assemblée nationale. Elle intervient à quelques semaines du début des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver, organisés en Chine. Elle vise à reconnaître et condamner le caractère génocidaire des violences politiques systématiques ainsi que des crimes contre l’humanité actuellement perpétrés par la République populaire de Chine à l’égard des Ouïghours.

La résolution de l’Assemblée nationale est un acte par lequel cette institution républicaine émet un avis sur une question déterminée. Elle constitue une des voies d’affirmation du Parlement, lui permettant d’exercer une expression distincte de la réponse législative. Le Parti Socialiste en soumettant cette résolution entend faire reconnaître ce crime, et faire sortir la France du silence, face à la dégradation de la situation des Ouïghours.

« Le Parlement français s’honorerait à être parmi les huit démocraties, il y en a sept avant nous, à reconnaître ce génocide et passer un message très clair à la République populaire de Chine. Nous avons vu, nous savons et nous demandons à ce que s’interrompe immédiatement ces politiques de destruction d’une population » a déclaré Olivier Faure au cours de son interview sur TV5MONDE.

Malgré de nombreuses preuves, les autorités chinoises continuent de nier et qualifient les camps, où les Ouïghours sont retenus de force, de « centres de rééducation ». Dans le Xinjiang, plus de 2 millions de personnes, appartenant à cette minorité musulmane, sont retenues là-bas. Elles subissent des sévices sexuelles, des tortures et stérilisations forcées. L’évidence des exactions commises est incontestable, et une politique répressive y est menée. La dégradation de la situation des droits de l’Homme et des conditions de vie de cette population témoignent des traitements inhumains infligés.

La reconnaissance du crime de génocide par l’Assemblée nationale, tel que reconnu et défini par l’Organisation des Nations-Unies et les Conventions de Genève, renforcera le soutien à la population ouïghoure. La portée est purement symbolique certes, mais permettra à la France en particulier le peuple français, représentée par l’Assemblée nationale, de condamner ouvertement la politique chinoise.

C’est au nom des valeurs républicaines, et de l’universalisme, que le Parti Socialiste porte ce projet de résolution à l’instance législative. L’Exécutif semble oublier les principes et standards internationaux, qu’il s’est engagé à respecter et défendre. Les fondements sur lesquels, les valeurs républicaines se basent, sont aujourd’hui en perdition, dans un gouvernement qui a abandonné ses idéaux démocratiques et de droits humains.