Contactez-nous

International

Argent du haschich : du rififi entre le Maroc et l’Algérie

Le torchon brûle (encore) entre Alger et Rabat. Un ministre algérien accuse le Maroc de blanchir l’argent du haschich via ses sociétés en Afrique.

Publié

le

Les entreprises marocaines blanchissent-elles l’argent du haschich sur le continent africain ? C’est en tout cas l’avis du ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, qui a porté cette accusation, provoquant un début de crise diplomatique, qui n’est pas la première, entre son pays et le royaume chérifien. Samedi, le Maroc a rappelé son ambassadeur à Alger « pour consultation. »

L’homologue marocain d’Abdelkader Messahel a tenu à répondre par communiqué que les accusations proférées par l’Algérie étaient « gravissimes », indique Jeune Afrique. Le royaume a immédiatement convoqué le chargé d’affaires de l’ambassade d’Algérie, continue le magazine, pour lui faire part du « caractère irresponsable, voire enfantin » des accusations du ministre des Affaires étrangères.

Le Maroc, qui est le premier pays africain en matière d’investissements directs à l’étranger, investit particulièrement en Afrique subsaharienne — Sénégal, Mali, Cameroun et Côte d’Ivoire —, notamment dans le secteur bancaire. Or, assure Abdelkader Messahel, « les banques marocaines, c’est le blanchiment de l’argent du haschisch. » Selon lui, « tout le monde le sait » et il en a la preuve, puisque « des chefs d’Etats africains » lui ont dit.

Le ministre algérien va plus loin et déclare que la Royal Air Maroc, la compagnie aérienne nationale du pays, « transporte autre chose que des passagers, et cela tout le monde le sait. » Avec une économie à la peine, Abdelkader Messahel estime que, contrairement au Maronc, l’Algérie « a un potentiel » et « de l’avenir. » « Nous sommes un pays stable », dit-il, alors que le président de la République espère repartir pour un cinquième mandat en 2019.

Du côté de Rabat, on estime que « ces déclarations sans fondement ne sauraient porter atteinte à la crédibilité ni au succès de la coopération » avec les pays africains avec lesquels est engagé le Maroc. Le royaume estime que la sortie du ministre algérien avait pour but de « justifier les échecs ou cacher les véritables problèmes économiques, politiques et sociaux de ce pays. » Ambiance.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Lettre d’information

Restez dans l'actu avec LeMuslimPost

Facebook

Tweets

Publicité

A la une