Contactez-nous
La Birmanie rejette l’enquête de l'ONU sur les exactions commises à l'égard des Rphingyas La Birmanie rejette l’enquête de l'ONU sur les exactions commises à l'égard des Rphingyas

International

L’Arabie saoudite envisagerait d’expulser 250 Rohingyas vers le Bangladesh

L’Arabie saoudite serait en train de planifier l’expulsion de centaines de Rohingyas vers le Bangladesh, selon les informations d’Al Jazeera.

Publié

le

Près de 250 Rohingyas vivant en Arabie Saoudite seraient sur le point d’être reconduis au Bangladesh, où ils risquent d’être emprisonnés.

C’est ce que révèle un activiste, Nay San Lwin, coordinateur de campagne de la Coalition Libre des Rohingyas, interrogé par Al Jazeera.

« La majorité de ces Rohingyas ont un permis de résidence et peuvent vivre en Arabie Saoudite légalement », a t-il fait savoir.

Dans une vidéo publié sur son compte Twitter, on y voit des hommes se préparant à être conduit à l’aéroport de Jeddah pour un vol vers Dacca.

Selon le militant, ce serait la deuxième fois que l’Arabie Saoudite reconduirait de force des Rohingyas vers le Bangladesh.

L’Arabie saoudite a livré des permis de séjour aux Rohingyas jusqu’en 2011 et ils seraient 300 000 sur le territoire, après avoir obtenu illégalement des passeports pakistanais, bangladais, indiens ou népalais. Depuis, les nouveaux arrivants de cette minorité musulmane ne sont pas les bienvenus.

« L’Arabie saoudite devrait mettre fin à ces déportations et leur accorder des permis de résidence, à l’instar des autres Rohingyas qui sont arrivés dans le pays avant eux », dénonce Nay San Lwin.

A Jeddah, parmi les détenus du centre de détention de Shumaisi qui doivent être expulsés, certains affirment avoir vécu dans le royaume toute leur vie.

En novembre 2018, le site Middle East Eye (MEE) avait déjà annoncé l’expulsion de détenus Rohingyas, peu de temps après la visite de la Première ministre du Bangladesh, Cheikh Hasina, en Arabie saoudite.

Selon les témoignages recueillis, ils auraient été frappés pour obtenir leur empreinte digitale et forcés à signer des documents qui indiquaient leur consentement à être envoyés au Bangladesh. 

Prières

Tweets

Muslimoscope

A la une