Enfermés dans des camps de travail, mais également torturés selon certains témoins voire utilisés pour des trafics d’organes, les Ouïghours vivent, en Chine, un enfer qui ne semblait, jusqu’à présent, que peu intéresser le monde. Pire, certains pays ont soutenu la Chine parmi lesquels le Pakistan. La France, elle, savait. Mais Emmanuel Macron avait prévenu, au moment de rencontrer son homologue chinois, qu’il ne souhaiter pas donner de leçons de droits humains à la Chine.

Le député européen Raphaël Glucksmann a exhorté le président français à dénoncer les actes perpétrés contre les Ouïghours en Chine. Jusque là silencieux, Emmanuel Macron n’a toujours pas évoqué le sujet. Mais enfin son gouvernement est sorti de son mutisme : Bruno Le Maire, le ministre français de l’économie, a dénoncé une pratique « révoltante et inacceptable » qui consiste à enfermer les Ouïghours contre leur gré.

Un premier pas de la France, alors que Washington vient d’annoncer des mesures contre des entreprises chinoises soupçonnées de participer à ce travail forcé. Si Bruno Le Maire affirme qu’il condamne « fermement » ces actes, prendra-t-il pour autant des mesures similaires à celles prises par les Américains ? Cela « doit évidemment faire partie de la discussion que nous avons avec nos partenaires chinois », nuance le ministre de l’Economie et des Finances.

Pas question pour le moment d’aller plus loin qu’une petite remontrance ? Il faut dire que la France achète à la Chine des masques. Mais ceux-ci pourraient bien être fabriqués dans des centres d’internement forcé en Chine. Paris semble ne pas vouloir en savoir plus, quitte à se rendre complice de l’internement des Ouïghours ?

Le Royaume-Uni a également décidé de tancer Pékin : pour Dominic Raab, la Chine commet des « atteintes graves, choquantes aux droits de l’Homme » à l’encontre des Ouïghours. Les pays européens ont peu à peu pris conscience, sous la pression populaire, de la situation des Ouïghours. Reste désormais à prendre des mesures concrètes. Mais sont-ils vraiment prêts à le faire ?