Contactez-nous

Société

L’appel concernant la mise en liberté de Tariq Ramadan rejeté

Ce mercredi soir, en appel, la chambre de l’instruction a décidé de laisser Tariq Ramadan en prison en attendant la confrontation du 18 septembre avec Paule-Emma A.

Publié

le

Sans surprise, Tariq Ramadan restera tout l’été en prison. L’appel de sa demande de mise en liberté, déjà précédemment refusée par le juge des libertés et de la détention, a donné lieu à un nouveau refus. Pour rappel, le parquet général avait choisi la date de l’audience et le président vacataire, Thierry Léon — ancien juge d’instruction qui a présidé les Assises du Rhône et qui préside l’une des chambres de l’instruction de la cour d’appel de Paris depuis janvier. La réputation de ce juge faisait redouter à la défense un nouveau rejet qui a donc été confirmé ce mercredi, tard dans la soirée.

Me Emmanuel Marsigny avait fait une demande de mise en liberté le 19 juillet dernier, après la confrontation entre Tariq Ramadan et Henda Ayari. Paule-Emma A. avait, elle, annulé sa venue « pour raisons médicales ». Malgré les incohérences concernant la date et le lieu du viol présumé de Henda Ayari, les juges ont estimé que des éléments « graves et concordants » ne permettaient pas de remettre l’islamologue en liberté. Ils pointaient également des risques de pressions sur les plaignantes et un risque de fuite à l’étranger. L’état de santé de Tariq Ramadan n’avait pas non plus permis une réponse positive de la part des juges. La chambre de l’instruction a décidé, à huis clos, de laisser Tariq Ramadan en prison, au moins jusqu’à la confrontation avec Paule-Emma A., reportée au 18 septembre prochain.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité