« Les partis de l’alliance présidentielle présentent Abdelaziz Bouteflika comme candidat à la prochaine élection présidentielle. » Dans un communiqué, les dirigeants du Front de libération nationale (FLN), du Rassemblement national démocratique (RND), du Rassemblement de l’espoir de l’Algérie (TAJ) et du Mouvement populaire algérien (MPA) — qui font tous partie de la coalition au pouvoir en Algérie — ont décidé d’apporter leur soutien officiel au président Bouteflika, 81 ans, et l’exhortent ainsi à se présenter dès maintenant pour la présidentielle, qui se déroulera en avril prochain.

Ce samedi 2 février, la réunion entre les hautes figures politiques algériennes a semblé lancer la campagne. Abdelaziz Bouteflika a jusqu’au 3 mars pour dire s’il sera ou non candidat. Mais le communiqué de la coalition est on ne peut plus clair : le président actuel doit postuler pour un cinquième mandat. Ce qui semble, notamment pour le gouvernement, une évidence. « Il n’y a aucun doute » sur la candidature de Bouteflika, a d’ailleurs insisté le Premier ministre ce samedi lors d’une conférence de presse. Ahmed Ouyahia sait bien que, en mauvaise santé, Abdelaziz Bouteflika « n’animera pas sa campagne électorale », mais il est certain que ce dernier gagnera sans problème car, dit-il, « le peuple le connaît désormais. »