Contactez-nous

Politique

Qui est vraiment Alexandre Benalla, l’homme au cœur d’un scandale d’Etat ?

Après avoir été identifié sur une vidéo filmée le 1er mai lors d’une manifestation, Alexandre Benalla, un proche du président, est au cœur d’un gros scandale. Qui est cet homme au statut flou ? Révélations.

Publié

le

L’affaire Benalla commence à prendre beaucoup d’ampleur. Avec un coup d’accélérateur ce lundi, avec l’audition du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, mais aussi du préfet Michel Delpuech. Alexandre Benalla avait été filmé en train de frapper, lors des manifestations du 1er Mai aux côtés d’un employé de LREM, deux manifestants qui, aujourd’hui, ont décidé de se porter parties civiles dans l’enquête judiciaire qui a été lancée dimanche concernant ces faits. Une procédure de licenciement de l’Elysée est en cours.

Benalla a fait « l’objet d’une sanction administrative de la part de son employeur »

De quoi faire réagir les avocats d’Alexandre Benalla qui ont, pour la première fois aujourd’hui, décidé de parler. Leur client, écrivent-ils, « a été invité par la DOPC de la préfecture de police de Paris, à observer les opérations de maintien de l’ordre à l’occasion des manifestations du 1er mai, annoncées pour être particulièrement violentes. Il a été accueilli et équipé par les services de police qui lui ont assigné différentes positions. A l’occasion de cette observation, M. Benalla a pu compléter ses connaissances du maintien de l’ordre et n’avait pas vocation à intervenir personnellement sur ces opérations. »

Mais tout a dérapé. « Témoin des agissements de deux individus particulièrement virulents et de l’apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place, M. Benalla a pris l’initiative de prêter main forte au dispositif en aidant à la maîtrise de ces personnes », rétorquent les avocats qui insistent sur le fait que « cette action vigoureuse mais menée sans violence n’a causé aucune blessure. Selon les conseils d’Alexandre Benalla, ce dernier « a immédiatement rendu compte de son intervention personnelle, qui lui a été vivement reprochée » et « a fait l’objet d’une sanction administrative de la part de son employeur. »

Suspendu par la Grande Loge nationale française

Les avocats d’Alexandre Benalla estiment que les faits servent « manifestement aujourd’hui à porter atteinte à la présidence de la République dans des conditions qui défient l’entendement. » Sauf que, depuis quelques jours, les révélations pleuvent. Des journalistes de BFMTV assurent par exemple avoir été menacés par Benalla fin 2017. Réserviste de la gendarmerie, Alexandre Benalla avait, à la demande de l’Elysée, reçu le grade temporaire de lieutenant-colonel. Dimanche, il a été mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité » et « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique. »

Dans une note interne, la gendarmerie indique que les faits reprochés à Alexandre Benalla et de l’employé de LREM auront « des conséquences disciplinaires et statutaires sur leur qualité de réserviste. » Des mesures disciplinaires déjà prises par Jean-Pierre Servel, Grand maître de la Grande Loge nationale française, qui vient de suspendre Benalla de la GLNF, une obédience maçonnique. Alexandre Benalla fait partie de la Loge de l’Emir Abd El Kader. La presse s’était faite l’écho de rumeurs concernant une appartenance de Benalla au Grand-Orient de France, mais l’organisation franc-maçonne a démenti cette information dans un communiqué.

Des demandes d’autorisation de port d’arme pour faire grimper ses tarifs

Selon la presse, Alexandre Benalla a obtenu une autorisation de port d’arme par arrêté du préfet de police en octobre 2017 après plusieurs refus, dont l’un en septembre 2013. Dans des documents que nous avons pu consulter, l’avocat de Karim Achoui, qui venait de lancer la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM), avait fait une demande d’autorisation de port d’arme de poing auprès de la direction des libertés publiques et des affaires juridiques. Dans une correspondance, le conseil de Karim Achoui précise que cette demande est faite au nom de Karim Achoui et non à celui d’Alexandre Benalla. Mais le spécialiste de la sécurité est certainement derrière cette demande. Benalla avait alors travaillé pour Arnaud Montebourg et Martine Aubry. « Alexandre Benalla voulait une arme car cela lui permettait d’augmenter ses tarifs de chargé de protection », nous explique un de ses proches. Les missions avec Martine Aubry et Arnaud Montebourg tourneront finalement court.

Titulaire d’un master de droit, Alexandre Benalla n’apparaissait pas dans l’organigramme officiel de l’Elysée. Ancien responsable du service d’ordre national du Parti socialiste, en 2011, Benalla est devenu un proche du couple Macron. Un proche du président assure qu’Alexandre Benalla « vivait dans l’intimité du couple présidentiel. » L’homme « apparaît de plus en plus comme un émissaire de l’ombre d’Emmanuel Macron et surtout un proche parmi les proches », écrit ainsi Le Point, qui énumère les nombreux avantages dont bénéficiait Alexandre Benalla : appartement de fonction quai Branly, voiture de fonction, badge d’accès à l’Assemblée nationale ou encore rémunération estimée à 10 000 euros par mois… Quelle était réellement la fonction de cet homme à l’Elysée ? L’affaire Benalla n’a, semble-t-il, pas fini de faire parler.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité