Ex-conseiller de Sarkozy, Alain Minc prend ses distances avec lui sur l'Islam et propose que l'Etat participe au financement des mosquées.

A droite, une nouvelle voix se fait entendre : celle d’Alain Minc, qui propose que l’Etat participe au financement des mosquées.

Il a été l’un des conseillers économiques de Nicolas Sarkozy. Difficile à croire lorsqu’on l’écoute parler aujourd’hui. Il faut dire que, depuis plusieurs semaines, Alain Minc roule pour Alain Juppé. Et s’il assure qu’il n’existe pas de grandes différences entre les prochains candidats à la primaire des Républicains sur le plan économique, Alain Minc semble vouloir prendre ses distances avec Nicolas Sarkozy sur l’Islam et sur l’obsession de la droite à estimer que ce sujet est un problème pour la France.

Suspendre la loi de 1905 pour débuter le financement des mosquées

Si l’ancien président veut que « l’Islam reste à la maison », Alain Minc est beaucoup plus mesuré… Le patron de la Sanef proposait, dans l’émission C Politique, de « suspendre la loi de 1905 », qui impose la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Pour quelle raison ? Selon Alain Minc, « il y a une injustice aujourd’hui: la religion musulmane, deuxième religion de France, n’a pas d’appareil de production comme les trois autres religions. » L’homme d’affaire estime donc qu’« il faut qu’on puisse aider à la construction de mosquées, que les Français payent pour les mosquées, il faut faire des instituts de formation des imams. »

Et, alors que les Républicains se préparent à une réunion de travail sur l’Islam, l’ancien conseille de Sarkozy propose que son idée soit mise en place rapidement. « Il y a deux départements de France où on pourrait faire cela : l’Alsace et la Lorraine, qui sont encore des concordats. » Et d’affirmer qu’« il faut avoir une attitude qui aide la religion musulmane à s’installer dans ses meubles. » Une attitude qui tranche avec ses compagnons républicains…

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire