Contactez-nous

International

Al-Azhar s’appuie sur les textes sacrés pour condamner le harcèlement sexuel

Alors que l’Egypte voit le harcèlement sexuel croître année après année, l’institution musulmane demande aux autorités d’appliquer les lois et condamne le harcèlement.

Publié

le

En Egypte, l’an dernier, près de deux femmes sur trois ont été victimes de harcèlement. Selon l’enquête des Nations unies, les remarques et attouchements sont quotidien dans ce pays. Les trois-quarts des hommes estiment que des tenues vestimentaires trop « provocantes » peuvent être à l’origine de ce harcèlement. Si une loin a été, en 2014, adoptée pour criminaliser le harcèlement sexuel, la poursuite des ces actes inquiète jusqu’à Al-Azhar, l’institution musulmane qui fait figure de référence dans le monde arabe mais est critiquée pour son soutien au pouvoir égyptien. L’institution précise que « le harcèlement sexuel, qu’il s’agisse d’un signe, verbal ou physique, est une action interdite et perverse. »

Al-Azhar appelle ainsi à une application des lois : « La criminalisation du harcèlement sexuel doit être absolue, sans aucune condition justifiant le harcèlement sexuel en ce qui concerne les actions ou les choix vestimentaires des femmes, ce qui représente une mauvaise compréhension de la nature du harcèlement comme atteinte à la vie privée, à la liberté et à la dignité d’une femme », explique l’institution qui prend les exemples du Coran et du Prophète qui ont toujours insisté sur la sécurité des femmes. Pour Al-Azhar, le harcèlement est donc un « péché » et l’institution exhorte les autorités égyptiennes à « activer les lois » et « punir » les auteurs de harcèlement sexuel.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope