Chez Air France, le cas iranien pose problème