L’incendie qui s’est déclaré à la mosquée Juma, l’une des plus importantes de l’hémisphère sud, a également endommagé trois bâtiments voisins dans le quartier d’affaires du centre de la ville, a déclaré le porte-parole des services de secours Robert Mckenzie.

Les pompiers ont réussi à contrôler l’incendie en deux heures, avant qu’il n’atteigne la salle des prières située au rez-de-chaussée.

Des vidéos publiées sur Twitter montraient la foule observant les flammes faisant rage à l’étage supérieur de l’édifice.

La cause du sinistre n’a pas encore été élucidée, mais selon le président du South African Muslim Network (SAMNET) Faisal Suliman, l’incendie se serait déclaré dans l’un des sept logements du personnel situés au-dessus de la mosquée et pourrait avoir été déclenché par un court-circuit.

« On suppose que (l’incendie) était accidentel, et non criminel », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les employés travaillant pour la mosquée et leurs familles ont tous été évacués avant que l’incendie ne prenne de l’ampleur et personne n’a été blessé.

La mosquée, édifiée il y a 139 ans, et située Grey Street, est l’un des monuments remarquables de Durban ainsi qu’un lieu de culte très fréquenté pouvant accueillir 7.000 fidèles pour la prière.

Elle a été visitée par des célébrités comme Nelson Mandela, premier président d’Afrique du Sud élu après la fin du régime de l’apartheid, le musicien britannique Yusuf Islam, autrefois connu sous le nom de Cat Stevens, et l’ancien champion de boxe Mohamed Ali, tous deux convertis à l’islam.