Contactez-nous

Société

L’avocat de Mounia conteste le statut de témoin assisté de Tariq Ramadan

L’avocat de la troisième plaignante dans l’affaire Tariq Ramadan estime que l’avocat de Tariq Ramadan a « manipulé l’opinion » en annonçant sa non-mise en examen. Me Marsigny confirme ses déclarations.

Publié

le

Suite à la décision des juges, ce mardi soir, de ne pas mettre en examen Tariq Ramadan, l’avocat de Henda Ayari et Mounia Rabbouj, Me Francis Szpiner, s’est exprimé sur les réseaux sociaux en affirmant que, « contrairement aux affirmations de l’avocat de Tariq Ramadan, il n’a pas été statué sur une mise en examen à la suite de la plainte de Mounia et il n’est donc pas témoin assisté dans cette affaire. » L’avocat des parties civiles affirme que l’information diffusée hier soir par LeMuslimPost — mais également par BFMTV, LCI et bien d’autres médias que Me Szpiner ne cite pas — « est fausse. »

Me Szpiner parle de « manipulation de l’opinion » de la part de la défense. « Les juges n’ont pas statué à l’issue des explications de M. Ramadan », assure l’avocat de Mounia Rabbouj. L’accusé sera d’ailleurs « interrogé ultérieurement », argumente Me Szpiner.

« L’avocat des parties civiles tente de créer une polémique sans fondement »

Me Emmanuel Marsigny, joint au téléphone, confirme pourtant ce qu’il a déclaré sur les différents plateaux de télévision hier. L’avocat de Tariq Ramadan s’étonne que « l’avocat des parties civiles tente de créer une polémique sans fondement. » Celui qui défend Tariq Ramadan depuis le mois de mars affirme que son client « est bien témoin assisté. » Emmanuel Marsigny continue : « Etant déjà mis en examen, il n’allait pas être convoqué aux fins d’une mise en examen supplétive. Il pouvait être entendu sur tous les faits dont les juges sont saisis, y compris sur ceux pour lesquels il n’était pas mis en examen à la condition de l’en informer préalablement, ce qui a été le cas. »

Lors de cette journée d’audition, « les juges auraient pu mettre en examen Monsieur Ramadan s’ils avaient considéré avoir en leur possession des indices graves ou concordants de ce qu’il aurait pu commettre les viols dont l’accuse Madame Mounia Rabbouj, poursuit l’avocat de Tariq Ramadan. Mais ils ont décidé de ne pas le faire et de lui indiquer qu’ils l’entendraient sur ces faits sous le statut de témoin assisté. »

Une décision que les juges ont prise « après examen de la plainte, des pièces communiquées par la défense de Monsieur Ramadan et de ses explications tout au long de la journée », nous indique Emmanuel Marsigny. Ce statut de témoin assisté n’implique pas la fin des auditions, tient à conclure l’avocat : « En raison de l’heure tardive, et des explications qu’a commencé à donner Monsieur Ramadan sur Mounia, les magistrats ont indiqué qu’il leur apparaissait préférable que l’interrogatoire se poursuive ultérieurement, leur décision de ne pas le mettre en examen lui ayant déjà été notifiée. »

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope