Contactez-nous

Société

Affaire Tariq Ramadan : un témoignage fragilise un peu plus la plainte de Henda Ayari

Un fonctionnaire assermenté a été entendu par les enquêteurs dans l’affaire Tariq Ramadan. Il accuse Henda Ayari de harcèlement, de menaces et de chantage.

Publié

le

« Il n’y a plus d’affaire Henda Ayari », nous indiquait le 19 juillet dernier l’avocat de Tariq Ramadan Me Emmanuel Marsigny. Le témoignage de la première plaignante est fragilisé par une erreur de date : alors qu’elle affirmait, lors de sa dernière audition, avoir été violée le 26 mai 2012, les enquêteurs ont finalement découvert que Henda Ayari était en réalité au mariage de son demi-frère en province ce soir-là. Lors de sa confrontation avec Tariq Ramadan, Henda Ayari a été confrontée « à ses propres contradictions », résume l’avocat. Invité sur RMC, Me Marsigny a également parlé d’un fonctionnaire ayant apporté son témoignage au dossier.

« Soit on le fait et je deviens ta maîtresse, soit je dépose plainte contre toi pour viol »

C’est, selon Le Point, le 9 juillet dernier que l’homme a été entendu par les enquêteurs de la brigade criminelle de Paris. Son histoire était, en novembre 2017, déjà parue dans la presse. Le fonctionnaire assermenté — qui affirme ne pas connaître Tariq Ramadan et ne pas être musulman —, suite à la plainte de Henda Ayari, avait raconté sa rencontre avec la plaignante « dans un café qui est en face du palais de justice de Rouen. » Harcelé par Henda Ayari, l’homme raconte : « Elle m’a demandé ce que je pensais de la fornication. Elle a ensuite dévié en me demandant si j’avais quelqu’un dans ma vie. Je lui ai dit que j’étais marié avec des enfants. »

Puis la conversation prend une tournure étrange : « Quand elle a posé des questions plus précises, je lui ai dit que cela ne la regardait pas, explique le fonctionnaire aux enquêteurs. J’ai vu un changement de comportement dans son regard, comme si elle attendait plus de ce rendez-vous. Elle s’est mise en colère quand j’ai voulu mettre fin au rendez-vous. » Puis Henda Ayari l’aurait menacé : après l’avoir harcelé, la jeune femme l’aurait espionné puis fait du chantage : « Soit on le fait et je deviens ta maîtresse, soit je dépose plainte contre toi pour viol », aurait menacé Henda Ayari. « Elle m’a dit que tout le monde la croirait, car elle est une femme et qu’il n’y avait pas de témoin », raconte l’homme.

Mounia Rabbouj ne veut plus avoir son nom associé à celui de Henda Ayari

La plainte de Henda Ayari semble s’effriter un peu plus jour après jour, même si la plaignante a promis, sur son compte Twitter, « une nouvelle info qui prouvera qu’il (Tariq Ramadan) a menti » aux juges. Mais même entre les plaignantes de cette affaire, l’affaire Tariq Ramadan vire à la bataille rangée. Alors que Paule-Emma A. n’a jamais caché son désamour vis-à-vis de Henda Ayari, Mounia Rabbouj, troisième plaignante, affirme sur Twitter ne plus vouloir avoir son « nom associé à Henda Ayari » et qu’elle a donc « décidé de dessaisir Francis Szpiner de (son) dossier afin de (se) retourner vers (son) conseil de confiance. » Ambiance.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope