Contactez-nous

Société

Affaire Tariq Ramadan : Pourquoi l’une des plaignantes a refusé la confrontation

Tariq Ramadan sera aujourd’hui confronté à Henda Ayari. L’autre plaignante a annulé, ce mercredi, sa confrontation pour raisons médicales.

Publié

le

Ce mercredi 18 et jeudi 19 juillet, Tariq Ramadan devait être confronté à deux de ses accusatrices, Henda Ayari et Paule-Emma A. « Devait », car la première journée de confrontation n’a finalement pas eu lieu. La faute à un certificat médical délivré par celle que la presse surnomme « Christelle ». L’avocat de cette dernière, Me Eric Morain, indique au Figaro que sa cliente « tenait à se rendre à cette confrontation mais elle a eu un grave souci, elle n’est pas en mesure d’être entendue. » Les juges n’ont donc pas pu vérifier avec la plaignante les différents éléments troublants mis en exergue par les enquêteurs.

Ce jeudi, Tariq Ramadan sera confronté à Henda Ayari, qui n’avait pas assisté à la première demande de confrontation des enquêteurs. Une rencontre très attendue notamment après les changements de versions de la première plaignante de l’affaire. Après avoir assuré qu’elle s’était faite violer « entre le 31 mars et le 8 avril » 2012, Henda Ayari  a finalement admis un « problème de dates » et affirme que, après « des heures de recherches », elle aurait finalement été violée le samedi 26 mai. Henda Ayari a également changé le lieu des faits supposés. Elle a enfin fourni, notamment sur les plateaux de télévision, des détails quant à la météo pluvieuse de ce jour-là. En réalité, il n’a pas plu une goutte le 26 mai 2012, comme l’atteste Météo-France.

Vers une « démise en examen » ?

Selon nos informations, après ces changements incessants de versions des faits, le fils de Henda Ayari a également été entendu par les enquêteurs. Dans sa déposition, il contredit tout bonnement les propos de sa mère qui, explique-t-il, était le 26 mai 2012 présente au mariage du frère de cette dernière alors que Henda Ayari assurait avoir passé la nuit avec Tariq Ramadan. Suffisant pour demander la « démise en examen » de Tariq Ramadan ? L’avocat de Tariq Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, a lancé une demande le mois dernier et a suggéré aux juges de placer son client sous le statut de témoin assisté et non plus de mis en examen. Selon l’avocat, les « indices graves et concordants » avancés par les juges sont remis en cause par les changements de versions de Henda Ayari.

Si la « démise en examen » est acceptée par les juges, cela pourrait alors mettre fin à la détention provisoire de Tariq Ramadan. Surtout, une « démise en examen » éloignerait Tariq Ramadan de la cour d’assises. C’est désormais au juge d’instruction de l’affaire que revient la décision finale. Il n’a pas de délai précis à respecter, mais il ne devrait pas tarder à statuer sur le témoignage de Henda Ayari en jugeant si les incohérences de la jeune femme sont suffisantes ou non pour remettre en doute sa plainte.


Mise à jour : le jeudi 19 juillet 2018 à 13h00

Henda Ayari apparaît sur des clichés du mariage

Dans son édition du jour, Le Point confirme que plusieurs photos montrant Henda Ayari au mariage de son frère cadet le 26 mai 2012 ont été vues par les enquêteurs. Ce même frère a été entendu par les enquêteurs. Il explique que la fête a eu « lieu à Petit-Couronne à 7 ou 8 kilomètres de Rouen » et qu’elle « a commencé vers 18 ou 19 heures. » « J’ai le souvenir que ma sœur était présente ce soir-là. Elle était avec ses trois enfants. Je ne saurais pas vous dire à quelle heure elle est partie », assure-t-il avant de préciser que Henda Ayari était là de « 20 heures à 3 heures du matin environ et était installée à la table des amies de la mariée ». Le service d’état civil de la mairie de Rouen confirme que le frère de Henda Ayari s’est bien marié le 26 mai 2012.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité